Aboubacar Camara, dit Dieudonné, et son petit frère, Alsény Camara, ont comparu hier lundi, 11 mars 2019, devant le tribunal criminel de Dixinn, pour des faits de vol à main armée et recel. Les faits se seraient produits pendant le mois de Ramadan 2017 au quartier Keitaya, dans la commune urbaine de Dubréka. Les deux accusés auraient emporté plus de 100 millions de francs guinéens et 7 téléphones, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon nos informations, c’est durant la nuit du Destin (Laylatoul Ghadri) du mois de Ramadan, le 21 juin 2017, que l’attaque à main armée s’est produite. Quatre assaillants se sont introduits dans la concession de la partie civile, représentée par Bourhane Barry, pour mettre au respect les occupants des lieux. A cette occasion, les assaillants ont emporté 400 mille francs CFA ; 4 mille 700 Euros ; 20 et 37 millions de francs guinéens et au moins 7 téléphones.

« Pendant la nuit du Laylatoul Ghadri, quand je suis revenu de la mosquée, j’ai trouvé du monde dans la cour. On m’a dit que les bandits sont rentrés dans la concession et ont emporté de l’argent et 7 téléphones. Après calcul, on a estimé le tout à 102 millions de francs guinéens. Ils sont entrés dans la maison, armés de fusils PMAK. Ils ont mis au respect mon frère, qui revenait de l’extérieur, ainsi que ses deux femmes et la mienne. Ils étaient au nombre de 5. Les 3 étaient dans la maison, les deux autres derrière la cour.

Ils ont même intimidé tout le voisinage. Après, j’ai porté plainte. A la Direction de la Police Judiciaire, on m’a dit d’envoyer le numéro de série d’un des téléphones pour pouvoir tracer le téléphone et mettre main sur les bandits. J’ai appelé mon neveu qui est en Allemagne, il a scanné le reçu du téléphone où il y’avait le numéro de série du Samsung que j’ai ici en main.

L’ARPT a traqué le téléphone, ils ont mis main sur Alsény Camara. Il a dit que c’est son frère qui lui en a fait cadeau. A la DPJ, toute la famille a identifié Aboubacar Camara. D’ailleurs, il avait un sac à dos dans lequel il mettait l’argent qu’il a pris dans les différentes chambres », a expliqué Bourhane Barry.

Placés sous mandat de dépôt depuis juillet 2017, les deux accusés ont été appelés à s’expliquer devant le tribunal criminel de Dixinn. A la barre, le premier accusé, Alsény Camara, en larmes, a nié les faits. « Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas vu avec mon grand frère, Aboubacar Camara. Un jour, à mon retour du boulot, les gens m’ont dit que mon grand frère m’a absenté.

J’étais étonné parce que je ne suis pas d’accord avec lui depuis plusieurs années. Mais, je suis parti le retrouver dans un bar café du quartier. C’est ainsi qu’il m’a remis le téléphone en guise de cadeau. J’ai accepté, mais je ne savais pas que ce téléphone a été volé », a-t-il expliqué.

De son coté, Aboubacar Camara, alias Dieudonné, présenté comme étant le cerveau de la bande, a nié aussi les faits, contredisant la version de son coaccusé. « Ce n’est pas moi qui lui ai remis ce téléphone et je ne le connais même pas. Parlant de l’attaque, je ne suis pas coupable. Oui, j’ai été arrêté pour vol par deux fois. Mais, j’ai purgé ma peine et je suis sorti. Ce cas de vol, je ne suis au courant de rien. Je n’ai jamais donné de téléphone à Alsény », se défend-il.

Après l’audition des deux parties, l’on est passé aux plaidoiries et réquisitions. Dans ses réquisitions le procureur, Daouda Diomandé, a expliqué qu’Aboubacar Camara, dit Dieudonné, est un multi récidiviste qui a été arrêté par deux fois pour vol, mais il refuse de collaborer avec la justice pour aider à mettre hors d’état de nuire les autres membres de son groupe.

« Qu’il vous plaise de retenir Alsény Camara dans les liens de la prévention de recel et de le condamner à 3 ans de prison ferme. Qu’il vous plaise également de retenir Aboubacar Camara dans les liens de la culpabilité de vol à main armée et de le condamner à 20 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté de 10 ans », a demandé le procureur.

L’avocat de la partie civile, maître Alpha Bifalo Bah, lui, a sollicité le payement des biens perdus, soit 102 millions de francs guinéens, les 6 téléphones, puisque le septième a déjà été récupéré. Il demande également le payement de 20 millions de francs guinéens à titre de dommages et intérêts.

De son côté, l’avocat de la défense, maître Abou Camara, estime que le procureur a été sévère dans ses réquisitions et dénonce l’absence de preuves. « Dans cette affaire, aucune preuve n’a été fournie. On nous parle d’armes, mais où sont ces soi-disant armes ?

Oui, mon client a été condamné auparavant pour vol, mais qu’on tienne compte de l’affaire qui nous a conduits devant vous monsieur le Président. Je demande des fins de la poursuite faute de preuves contre mes clients qui sont visiblement innocents dans cette affaire qui n’est basée que sur des spéculations », a-t-il plaidé.

Le dossier a été mis en délibéré pour décision être rendue le 18 mars 2019.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com
Tél: 224623532504

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here