La ruée chinoise et indienne vers l’Afrique n’enchante pas les Japonais qui misent sur l’autonomie du continent à se choisir une voie.

Hier à Tokyo, à la rencontre des journalistes africains -invités du Gouvernement nippon- au Ministère japonais des Affaires étrangères, Kiya Masahiko, à la veille de l’ouverture de la 7è TICAD (Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique) a désapprouvé la méthode chinoise et indienne en Afrique. Une méthode qui, selon lui, consiste à déverser de nombreux capitaux en Afrique pouvant constituer dans un avenir proche un lourd fardeau à traîner pour le continent.

« L’endettement massif, c’est quelque chose qu’on doit éviter. Les choix intelligents c’est très important. Vous avez beaucoup de ressources, beaucoup d’argent mais comment utiliser l’argent de manière appropriée ? Et la priorité est très importante. Et l’intégrité est importante. Et l’utilisation de la technologie, de l’innovation et aussi entendre les voix des gens ordinaires, bénéficiaires de l’action gouvernementale, de la communauté internationale c’est très important. C’est ce qui est l’une des caractéristiques de la TICAD7 », a souligné l’ambassadeur de la TICAD7 qui a magnifié la méthode japonaise qui privilégie le transfert de technologies et le développement d’expérience. Ajoutant qu’au cours de cette TICAD7, « il y aura des événements organisés par les sociétés civiles du Japon et de l’Afrique aussi. Nous espérons que la TICAD est bonne non seulement pour les leaders des pays africains, mais aussi pour les gens ordinaires de l’Afrique. C’est notre passion ».

A la question de savoir comment le Japon fait pour éviter l’endettement à l’Afrique dans sa coopération avec ce continent ? « Développement et capacité, ressources humaines, les cours donnés aux officiels des gouvernements africains pour qu’ils comprennent les problèmes techniques, qu’ils comprennent les points importants pour mieux utiliser les ressources gouvernementales », a répondu l’ambassadeur Kiya qui annonce un ‘’new deal’’ avec l’Afrique avec cette TICAD.

Le Japon, superpuissance mondiale, a investi depuis le lancement de la TICAD en 1993, à la fin de la guerre froide, plusieurs milliards de dollars dans le développement du continent africain.

Source : Mediaguinee

Comments

comments

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here