Procès Ibrahima Sory Camara : du rire aux larmes au TPI de Kaloum

Tenue dans une salle très chaude ce mardi, cette audience a connu plusieurs discussions entre avocats et le tribunal dans la projection au départ de la vidéo du prévenu parlant de diffamation d’injures et d’outrage au chef de l’Etat. Suite à ce qui …, une interruption de quelques minutes fut observer. Au retour, Ibrahima Sory Camara soumis à un interrogatoire des différentes parties, dit ne pas connaitre les propos tenus dans la vidéo. Le prévenu doute d’ailleurs de l’authencité de ladite vidéo.

Déjà, la partie civile dans sa plaidoirie juge dangereux ces propos vu que le pays traverse une crise politique assez profonde. Raison pour laquelle elle n’a pas tardé a proposé au tribunal qu’il soit sanctionné du paiement d’un franc symbolique pour soulager selon Me Doumbouya la défense.

La partie civile est allé jusqu’à s’attaquer même à la liberté de la presse qui selon elle est à la base de toute cette incitation à la violence.

La défense quant à elle, lors de sa prise de parole, a tout d’abord dit ne pas été associée à la procédure de délocalisation du procès qu’elle qualifie d’ailleurs de suspecte. Dans une acception plus large, Maitre Salifou Béavogui et sa bande d’avocats n’ont pas cessé de se sentir dans une difficulté énorme le long de l’audience. Suite à la réquisition du parquet qui demande l’embastillement du militant du chef de file de l’opposition, pour deux ans, la défense juge les délits non établis et réclame le prévenu non coupable.

Après donc ces discussions entre avocats, le tribunal renvoi l’affaire pour une nouvelle fois au 09 Avril prochain, pour le verdict final.

Dossier à suivre…

Mohamed Bah

151 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here