Paris : Makanera Kaké révèle « il y’a 2309 fonctionnaires qui travaillent à la présidence, mais où sont ces travailleurs ? (Interview exclusive)

Alhouseini Makanera Kaké ancien ministre et porte parole de l’opposition républicaine au siège de libreopinionguinee à paris
Alhouseini Makanera Kaké ancien ministre et porte parole de l’opposition républicaine au siège de libreopinionguinee à paris
Paris, l’ancien ministre de la communication et actuel porte-parole de l’opposition guinéenne, Alhouseini Makanera Kaké, en compagnie du président du parti Grup, Elhadj Papa Koly Kourouma ont rendu une visite de courtoisie au domicile de Macka Balde, administrateur général de libreopinionguinee.
À cette occasion,  libreopinionguinee a réalisé une interview avec le porte-parole de l’opposition républicaine.
Dans un franc-parler, Makanera a fustigé le comportement du gouvernement guinéen qui a interdit les manifestations des forces sociales de Guinée dans plusieurs villes du pays. Il dénonce un manque de compétence et de connaissance de nos lois par le gouverneur Mathurin Bangoura.
Sur la nouvelle loi sur la Ceni, Makanera a son idée : « personne n’est exclue puisque c’est mentionné que seuls les partis ayant participés aux deux dernières élections nationales et ayant obtenus au minimum deux sièges à l’assemblée nationale pourront se faire représenter, mais il n’est pas dit que nous, en tant que tel qu’on ne pourra pas envoyer nos hommes là-bas. Donc, il n’y a pas de problème à ce niveau. Le problème se trouve au niveau de l’administration puisque ceux qui organisent les élections ne veulent pas les perdre alors qu’ils ne sont pas majoritaires.
Parlant de la présidence de la république, Makanera révèle qu’il y’a 2309 fonctionnaires qui travailleraient au compte de la présidence puisqu’il n’y a aucune transparence « on augmente 40% sur les salaires des fonctionnaires de l’Etat. Avant l’augmentation, c’étaient 41 milliards. Après l’augmentation des salaires, on tombe à 38 milliards, il y’a un problème, c’est tellement ridicule ! Allons au delà, lorsque vous prenez 41 milliards comme la masse salariale de la présidence de la république, vous divisez par 1.500.000 Gnf le salaire moyen de la fonction publique guinéenne, vous trouverez au moins 2309 fonctionnaires qui travaillent au compte de la présidence de la république. Où sont ces travailleurs en toute objectivité ? Je défie ceux qui me regardent aujourd’hui de publier la liste des travailleurs de la présidence de la république ».
« En 2017, on a eu environ 270 milliards de francs guinéens d’achat des biens et services au compte de la présidence de la république et en 2018 on n’a environ 276 milliards de GNF d’achat des biens et services au compte de la présidence de la république. Si moi je comprends bien les achats des biens et services en dehors des petits consommables, ce sont les voitures, tables et ordinateurs. Le moment où la masse salariale diminue, c’est en ce moment que le besoin des travailleurs augmente. Regardez comment ils sont irrationnels et illogiques. Ils ne comprennent même pas ce qu’ils font ». Dénonce Alhouseini Makanera Kaké.
Sur les dénonciations de Gassama Diaby ministre de l’unité nationale concernant l’interdiction des manifestations des forces sociales, Makanera n’est pas sur la même longueur d’onde avec certains de ses pairs de l’opposition notamment Fodé Oussou Fofana de l’ufdg qui a ouvertement salué et encouragé les dénonciations du ministre Diaby envers le gouvernement et le gouverneur Mathurin.
« Je suis déçu par des membres de l’opposition qui acceptent d’être des acteurs d’un scénario du professeur Alpha Condé. C’est du théâtre. Il écrit le scénario. Il dit, je veux nommer un gouvernement, tous les autres ministres sont mauvais. Moi et Gassama, nous sommes bons. Quand un opposant dit tout de suite que Gassama est un bon ministre, Alpha Condé qui l’a nommé, qui a créé son poste, qui l’a confirmé au moins deux fois, si Gassama est bon, Alpha Condé est meilleur. C’est pour vous dire qu’on n’a un sérieux problème en Guinée. Les gens ne comprennent pas comment fonctionnent une administration. Une administration, un gouvernement est une équipe. Gassama n’est pas opposé à la décision prise pour augmenter le prix du carburant. Il n’est pas opposé à l’interdiction de la manifestation. Si on doit apprécier ou noter un ministre, on ne le note pas puisqu’il a dénoncé. La loi est claire. Tout ceux qui dénoncent le gouvernement sont de l’opposition. Si on doit noter Gassama aujourd’hui, c’est le progrès obtenu dans les droits de l’homme pendant le moment qu’il est ministre. Aujourd’hui, je me demande comment il peut être le meilleur ministre au moment où on massacre les militants de l’opposition, on emprisonne les militants de son parti. En vrai, je ne vois pas comment un opposant peut noter un ministre pendant que ses militants sont victimes d’harcèlement judiciaire, qui dit qu’ils ont plus de 120 militants injustement emprisonnés. Au moment où on massacre des militants de l’opposition, il y’a plus de 100 morts. Je me demande comment on peut noter celui qui est le ministre de l’unité nationale et des libertés avec tout ça ». S’interroge Makanera !
Sur l’augmentation du prix du carburant 
Makanera doute sur les capacités du président Alpha Condé a bien géré le pays : « Très malheureusement, le professeur Alpha Condé ne sait pas prévoir. Gouverner c’est prévoir et savoir anticiper. Il n’est pas pro-actif, si non, sachant très pertinemment qu’il avait un déficit budgétaire qui lui impose d’augmenter le prix du carburant à la pompe, il pouvait le faire au moment de Mamadi Youla qui avait prévu les 11.500gnf. Prendre des mesures impopulaires dès les premiers mois de ce gouvernement, ils savent que le peuple ne va pas l’accepter. Si vous savez que vous avez des mesures impopulaires à prendre, il fallait le faire avec le gouvernement partant. Si par exemple Kassory négociait avec les acteurs de la société civile pour ramener le prix à 10.000Gnf, on allait dire qu’il a fait un effort puisque celui de Youla avait fixé à 11.500fg le prix du litre. Si vous regardez tout ce qui se passe aujourd’hui, on se rend compte que le président est très mal entouré. Tout ceux qui sont avec lui, c’est pour juste garder les privilèges et leurs postes et c’est la population qui en souffre »..
Sur un troisième mandat pour Alpha, Makanera est très clair 
« Le président de la république a juré sur la constitution de respecter et de faire respecter cette constitution. C’est de cette constitution qu’il nomme et révoque. C’est de cette constitution qu’il bénéficie de toutes les protections. Si lui même dit que cette constitution n’est rien et ne vaut rien, en ce moment il n’y a pas de président de la république. Maintenant, agi qui le peut ! À partir de cette date, il n’est plus président, donc c’est une nouvelle transition qui est ouverte. Je ne souhaite pas que le président le dise ! Je pense qu’il ne le dira pas, parce que j’ai entendu des apprentis sorciers dire que comme dans cette constitution le nombre des mandats est limité, qu’il va faire une nouvelle constitution. Je leur dis que c’est impossible ! Alpha n’a aucune possibilité aujourd’hui de demander un troisième mandat dans la légalité. Ce n’est même pas un troisième mandat qu’il cherche, il cherche la non limitation des mandats; mais il ne peut pas parce qu’on ne fait pas la loi pour quelqu’un »…
En répondant à une question de libreopinionguinee sur les élections de 2020, Makanera répond qu’il se voit être élu président de la république en 2020.
L’intégralité de cette interview à retrouver ci-dessous en vidéo !
Une interview réalisée par Macka Balde et Sidi Diallo depuis Paris pour libreopinionguinee.com et de la radio libre opinion Rlo et Sidinews.com
Tel : 0033601064916
0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here