Conakry, le 28 janvier 2019 – Une semaine après le passage du Ministre des Postes et Télécommunications dans le cadre de la série de comptes rendus relatifs aux activités du Gouvernement, la Ministre de l’Agriculture Mariama Camara s’est aussi prêté à cet exercice face à la presse.  Le Gouvernement Guinéen a placé le secteur de l’agriculture au centre de ses priorités de développement afin d’atteindre ses objectifs de sécurité alimentaire et de transformation économique du pays. Ce choix tient en grande partie aux potentialités naturelles dont dispose le pays, mais aussi au caractère fortement inclusif du secteur agricole. C’est pourquoi la Ministre a tenu tout d’abord à rappeler que depuis 2011, le Chef de l’Etat, s’est investi dans le soutien à l’agriculture à travers des initiatives à la suite de sa première rencontre avec le monde paysan à la case de Bellevue dont l’objectif visé était d’assurer en priorité l’autosuffisance alimentaire des populations, en riz, de diversifier les productions vivrières et de promouvoir les cultures d’exportation.

Cette volonté du Président Alpha Condé se traduit sur la base d’un programme volontariste d’appui directe aux producteurs afin de traduire en actions concrètes cet engagement politique de la plus haute autorité de l’Etat.  Ainsi, dans cette démarche le Gouvernement a confirmé le choix du secteur agricole comme moteur de la croissance économique de la Guinée.

Cela s’est traduit par l’élaboration des documents de politique notamment , le Plan National de Développement Economique et Social 2016-2020 (PNDES), la Politique Nationale de Développement Agricole (PNDA), le Plan National d’Investissement Agricole, de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNIASAN 2018-2025), le Programme Accéléré de Sécurité Alimentaire Nutritionnelle et de Développement Agricole Durable (PASANDAD 2016-2020) et la Loi d’Orientation Agricole (LOA), en tant qu’instrument législatif et de plaidoyer pour le secteur agricole. 

Poursuivant la ministre Mariama Camara a mis un accent particulier sur les efforts sur le plan institutionnel depuis 2011, qui a permis à la mission d’appui du Ministère de l’Agriculture au monde rural a été renforcée à travers l’érection des structures de recherche, de vulgarisation-conseil et de statistiques agricoles en Etablissements Publics à caractère administratif, dotés d’une autonomie de gestion afin de remplir efficacement et durablement leur mandat en faveur des producteurs.  De même, le renforcement des capacités humaines et matérielles a permis d’améliorer de façon significative l’appui conseil aux producteurs sur l’ensemble du territoire National précise-t-elle.

A travers les efforts consentis par le Président de la République Alpha Condé,  l’ANPROCA est passée d’un encadrement de 70 800 ménages en 2011 à 115 800 ménages en 2018, soit un accroissement de 63.5%. Le ratio moyen d’encadrement est passé de 200 à 150 ménages par Conseiller Agricole ce qui permet d’améliorer l’efficacité du conseil agricole. 

Selon, la ministre de l’Agriculture ‘’ANPROCA’’ a également participé efficacement à la mise en œuvre des actions agricoles des initiatives présidentielles dans l’identification des bénéficiaires, la distribution des semences et plants, l’appui-conseil pour la mise en place et l’entretien des plantations. En matière d’approvisionnement en intrants, le Gouvernement, a mis à la disposition des producteurs des engrais destinés à toutes les filières agricoles, à travers le fonds de soutien à la campagne. L’approvisionnement en engrais a connu une évolution significative, elle est passée de 2 000 tonnes par an jusqu’en 2010 à 100 000 tonnes en 2018.

Ainsi, depuis 2011, au total 213 835 tonnes d’engrais ont été distribuées aux producteurs au prix subventionné de 135 000 GNF contre 230 000 FG le sac de 50 kg au prix sur le marché, soit un taux de subvention de 59%. En matière de semences vivrières améliorées, 19 000 tonnes de riz, 1 494 tonnes de maïs et 254 tonnes de soja ont été distribuées tandis qu’avant 2010 il n’existait aucun mécanisme d’approvisionnement de semences malgré l’existence des centres semenciers qui sont restés inopérants.

Par ailleurs, en dépit de la crise sanitaire en 2014-2015 de la maladie à virus Ebola, la Guinée a mis 330 tonnes de semences de riz à la disposition de nos pays voisins, le Libéria et la Sierra Leone. Pour les cas du café arabica et du sésame blanc dont les appuis résultent de l’initiative présidentielle, il a été acquis et distribué : – 1 008 kg de sésame blanc à des fins de multiplication auprès des stations de recherche et des paysans, 1 800 000 plants de café arabica ont été distribués à 3 852 paysans en Moyenne Guinée pour une superficie de 1200 ha ; Pour les semences maraîchères, 120 Kg ont été acquis et distribués à plus de 3 800 bénéficiaires en Moyenne Guinée.

 La Cellule de Communication du Gouvernement

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here