Dans la foulée de la répression de la marche de l’opposition par les forces de défenses et de sécurité, ce mardi 23 octobre 2018, dix agents de la sécurité du chef de file, viennent d’être interpelés par la direction des unités d’intervention de la police au rond-point de la belle vue.

S’agissant des circonstances d’interpellation de ces agents de protection, le directeur des unités d’intervention de la police que nous avons rencontré au rond-point de la belle vue, indique : « Quand je suis venu en renfort, des éléments de la sécurité du chef de file de l’opposition se sont attaqués à nous. Donc, il y a dizaine d’agents qui sont avec moi et comme je l’ai dit, ils vont répondre devant le procureur de la république. Donc, je vais les mettre à disposition du commissaire central qui va faire le dossier à l’intention du juge et du procureur », explique Ansoumane Camara Baffoé.

Accusant ces agents d’insubordination à son égard, le Général Baffoé explique pourtant, qu’ils sont des auxiliaires de la police soumis au respect de la hiérarchie.

« Sils sont de la sécurité comme moi, que ça soit maintenant une société de gardiennage ou des sociétés de protection des hautes personnalités, ils sont auxiliaires de la police nationale, alors, quand moi je débarque quelque part, je suis leur chef hiérarchique, ils doivent m’obéir », précise-t-il.

Cette insubordination, si elle s’avérait, pourrait donc relancer le débat sur la formation des agents de sécurité du président de l’UFDG.

Source mosaiqueguinee

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here