Les manifestations appelées par le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) continuent de paralyser la Guinée par endroit. Dans la nuit d’hier mercredi 12 au jeudi, 13 février 2020, des jeunes ont érigé des barricades dans la sous-préfecture de Sangarédi et ont incendié au-moins un bus appartenant à la Compagnie des Bauxites de Dian Dian (COBAD), a appris Guineematin.com d’une source locale.

Les manifestations du FNDC, dites « résistance active et permanente » sont suivies par endroit à travers le pays, notamment en Basse Guinée : Fria, Sangarédi, Coyah, Conakry, Kolaboui.

Selon nos informations, plusieurs barricades ont été érigées à Sangarédi par des jeunes en colère alors qu’un bus appartenant à la Compagnie des Bauxites de Dian Dian a été incendié hier nuit par des individus non-identifiés.

Joint au téléphone par un de nos reporters, Boubacar Diallo, coordinateur du FNDC à Sangarédi, a confirmé l’information. « Effectivement, dans le cadre de la résistance active appelée par le FNDC, les citoyens de Sangarédi ont érigé des barricades et brûlé des pneus hier nuit vers 23 heures au quartier Thankounaye. Mais, les forces de l’ordre avaient réussi à les disperser. Cependant, vers 3 heures du matin, des individus ont mis le feu sur un bus appartenant à la société minière COBAD. Un peu plus tard, un autre bus qui était stationné à la gare routière de Samayabhè a été attaqué, les pare-brises ont été caillassées. Les manifestations ont continué jusqu’au petit matin avec l’érection des barricades au niveau de la sortie de Sangarédi. Mais, les forces de l’ordre sont venues après pour disperser la foule. Cependant, la ville reste toujours paralysée, le commerce est toujours fermé», a-t-il expliqué.

A croire le coordinateur du FNDC de Sangarédi, cette sous-préfecture, située dans la zone minière de Boké, est aujourd’hui militarisée. Les forces de l’ordre sont postées au niveau de tous les grands carrefours pour empêcher tout attroupement. Mais, Boubacar Diallo invite à ne pas céder. « Nous invitons les citoyens de Sangarédi à ne pas céder face aux menaces de morts proférées par le préfet de Boké ; que la militarisation de la ville ne les empêche d’exercer leur droit de manifestation. Quelque soit les moyens utilisés par ce pouvoir contre les manifestants anti-troisième mandat pour Alpha Condé, les citoyens continueront à mener le combat jusqu’à la victoire finale, c’est-à-dire le renoncement d’Alpha Condé à ce projet de 3ème mandat », prévient-t-il.

Guineematin.com

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here