Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Mamadou Sylla à la Maison centrale: « Nous  avons pu rencontrer 55 personnes. On avait donné une liste de 69… »

Ça y est ! Comme nous l’avons annoncé dans nos précédents articles, le chef de file de l’opposition (Cfo) parlementaire, Elhadj Mamadou Sylla en compagnie de son cabinet a rendu visite ce jeudi 11 mars aux différents détenus politiques à la Maison centrale de Conakry.

Parmi les détenus politiques rencontrés par le parton de l’opposition figurent Chérif Bah de l’ufdg, Abdoulaye Bah de l’ufdg, le journaliste Amadou Dioulde Diallo, Ismaël Condé vice-maire de Matam, dame Fatou Bangoura et autres.

“Nous  avons pu rencontrer 55 personnes. On avait donné une liste de 69, les autres sont en traitement à cause du coronavirus. On peut dire qu’on est satisfaits de notre démarche parce que tous ceux qui ont pris la parole, nous ont félicité,  remercié, et nous ont encouragés de continuer sur ce que mon équipe et moi sommes en train de faire. Ils voient à la télé et comprennent tout ce que nous sommes en train de faire. (…)”, dit le richissime homme d’affaires et politique Elhadj Mamadou Sylla.

Parmi les détenus politiques que  nous avons rencontrés, informe-t-il, figurent le doyen Chérif Bah, Abdoulaye Bah, Ismaël Condé, Amadou Diouldé Diallo, dame Fatou Bangoura et d’autres personnes qu’on ne connaît pas forcément. Ceux dont nous avons rencontré se portent bien à part la dame Fatou Bangoura qui se plaint des maux de genoux. Nous n’avons pas pu rencontrer Cellou Baldé, Ousmane Gaoual et Madic100frontière qui sont malades. Mais, ils nous ont envoyé leurs salutations.

Plus loin de mentionner : “Je leur ai fait comprendre de ne pas perdre espoir., Parce que quelqu’un peut sortir de prison aujourd’hui et demain tu te retrouves dans le fauteuil présidentiel. J’ai pris l’exemple sur moi, j’ai fait quelques jours ici à la Maison centrale. Même celui qui est au pouvoir aujourd’hui a passé deux ans ici. Donc de ne pas désespérer. Tout dépend du destin”.

“Pour le moment, comme ce sont des gens qui sont détenus et ils ne sont pas jugés, ce qu’on peut dire, c’est de demander au Ministère de la Justice d’accélérer le processus. On a vu des gens qui nous ont dit qu’ils ont fait plus de 6 mois sans être jugés, ni recevoir des visites. D’autres ont dit 120 jours et plus . Donc, c’est après leur jugement qu’on va demander la clémence du président pour les gracier. On ne va se décourager et la lutte continue”, assure le cfo.

Libreopinionguinee avec mediaguinee

 

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.