Makanéra Kaké : « Vraiment on tourne en rond »

GUINÉE, le pays va mal ! De crise en crise, de manifs en manifs, aucun secteur ne bouge, le pays est mis en KO, disons pris en otage par les hommes politiques. Même s’il est concerné, l’opposant Alhousseny Makanera Kaké vient de donner sa lecture de la situation. Actuellement porte-parole de circonstance de l’opposition Républicaine, après le départ de Aboubacar Sylla, le leader de l’UFC, M. Kaké souvent connu pour ses piques, vient de faire une analyse qui risque de contredire les juristes et même ceux qui ont piloté le scrutin du 04 février 2018. Dans son intervention, l’ancien ministre de la communication, trouve pas mal d’explication à lier en rapport avec ce que d’aucuns interprètent comme violation de nos textes de loi. ‘’Une loi n’est pas un article’’, laisse-t-il sortir. Extrait…

« Vraiment on tourne en rond,  j’ai écouté beaucoup de personnes qui pensent qu’il n’y a pas une solution de droit par rapport à la sortie de crise, et j’ai entendu les gens du RPG aussi qui disent qu’ils ne peuvent pas violer la loi avec la CENI. Mais je voudrais dire aux cadres du RPG, qu’au lendemain des élections, l’opposition a dit qu’il y a eu des fraudes massives. Les listes indépendantes aussi la même chose. Le RPG lui-même, a dit qu’il y a eu de fraudes massives, cela veut dire quoi ? Cela veut dire que la loi a été violée, parce qu’il n’y a pas de crime sans loi. C’est la loi qui dit l’acte que vous avez posé est un crime, donc si le RPG reconnait qu’il y a eu fraude, c’est que vraiment il y a eu violation de la loi. Ils ne peuvent pas dire on maintien ce résultat, parce qu’on ne veut pas violer la loi, peut-être ils ne comprennent pas ce qu’ils disent. Maintenant, ce que je veux rappeler à ces gens du RPG, quand on dit loi, par ce que souvent les gens, ils ne comprennent pas comme ça. Une loi, ce n’est pas un article, c’est un ensemble d’articles. Si nous prenons dans le cadre d’espèce, la loi électorale qu’on appelle abusement actuellement code électoral, parce qu’un code comporte normalement 2 parties. La partie législative et la partie réglementaire. Ce que nous  avons actuellement, c’est la partie législative il y a 250 articles de dedans. Donc, vous allez toucher un seul article pour dire qu’on saisit le tribunal en dernier ressort puisse que vous avez respecté ça, vous avez respecté la loi électorale ? Alors que plus d’une trentaine de disposition de cette loi ont été violées, je vous donne l’élément le plus simple. Quand vous prenez l’article 86 du code électoral, il dit le résultat sorti du bureau de vote, nul ne peut modifier, à partir du moment où on modifie ça, ça devient autre chose », explique l’opposant, qui s’est présenté en candidat indépendant, lors des communales de 2018, dans sa ville natale.

Aboubacar Ben SOUMAH

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here