Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Le procureur de Dixinn recadre Madic 100 Frontières : « la communauté peule n’est pas stigmatisée en Guinée »

Le militant de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Mamady Condé alias Madic 100 Frontières était à la barre lundi au tribunal de première instance de Dixinn. Lors de la première audience, il a présenté ses excuses au président de la République pour les propos tenus à son encontre.

Le procureur Sidy Souleymane Ndiaye a laissé entendre que les excuses de Madic 100 Frontières ne lui font ni chaud ni froid. Le remord ne concerne pas un juge ni un procureur de la République. En droit pénal, ce qui peut concerner un juge, c’est le repentir. Il peut aller dans l’abaissement de la peine (…)’’, explique-t-il.

Le ministère public précise que Mamady Condé a commis des infractions. Il est venu demander pardon. Le remord, c’est le regret de la conscience. C’est le moral. Dans le fort intérieur qu’on ressent ce regret’’. Toutefois, dit-il, son comportement ‘’n’est pas pardonnable’’.

Le chef du parquet de Dixinn poursuit en soutenant que dans son procès-verbal d’interrogatoire du 7 décembre 2020, le prévenu a reconnu tous les propos qui ont été divulgués.

Sidy Souleymane Ndiaye, citant des propos du mis en cause, rapporte que ce dernier a déclaré : ‘’‘Je me suis adressé à la jeunesse en lui disant que la communauté peule était beaucoup plus stigmatisée et oppressée’’’. Pour le procureur, de tels propos sont de nature à ‘’diviser le peuple de Guinée, opposer les communautés. En quoi trouve-t-il que la communauté peule est stigmatisée ? Peut-il apporter que la communauté peule est oppressée ?’’

‘’Dieu, en créant la Guinée, a créé quatre régions complémentaires. Mamady Condé alias Madic 100 Frontières, lui, veut porter atteinte à cette mosaïque. Il veut faire croire que dans cette mosaïque, il y a une communauté qui est oppressée et stigmatisée. Je ne vois pas de stigmatisation et d’oppression contre la communauté peule sinon que dans les rêveries sataniques de certains activistes’’, commente le magistrat debout dans son réquisitoire.

‘’Lorsqu’il déclare que la communauté peule est stigmatisée et oppressée sur le territoire guinéen, il s’agit de menace de nature raciste. La communauté peule n’est pas opprimée en Guinée. Elle n’est pas stigmatisée. Il faut qu’il faut le sache. Il ne peut être au Canada, complétement déconnecté des relations de son pays d’origine et tenir de tels propos’’, martèle le ministère public.

VisionGuinee.Info

 

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.