Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

JONATHANN DAVAL CONDAMNÉ À 25 ANS DE RÉCLUSION, SON AVOCATE PRÉCISE QU’IL NE FERA PAS APPEL

Le verdict est tombé. Jonathann Daval a été condamné à 25 ans de réclusion criminelle par la Cour d’assises de la Haute-Saône pour le meurtre de son épouse Alexia. Son avocate a précisé qu’il ne fera pas appel de sa condamnation.

Me Ornella Sportafora a affirmé que Jonathann Daval «accepte également cette décision». Une sentence qui vient conclure un procès extrêmement médiatisé, pendant lequel la personnalité insaisissable de l’accusé a été décortiquée.

C’était le dernier jour du procès de Jonathann Daval devant la Cour d’assises de la Haute-Saône, ce vendredi 20 novembre. A la veille du verdict, une confrontation a notamment eu lieu avec la mère de la victime. Voici ce qu’il faut retenir de cette cinquième journée d’audience.

JONATHANN DAVAL S’EST DIT PRÊT À «PAYER»

Lors de son interrogatoire de personnalité, l’informaticien de 36 ans semblait dépité. «Je dois payer pour les actes que j’ai commis», a-t-il déclaré, face aux questions de l’avocat général, Emmanuel Dupic, sur le meurtre en octobre 2017 de sa femme Alexia.

Et quand le président de la Cour d’assises, Matthieu Husson, lui a rappelé le risque de prison, Jonathann Daval s’est contenté de rétorquer : «Je n’ai plus d’avenir».

LE FACE-À-FACE AVEC LA MÈRE D’ALEXIA

Plus tôt dans la journée, le suspect, qui a avoué le meurtre de sa femme la veille, a été confronté à la mère de la victime. Dans une ambiance lourde,  Isabelle Fouillot, enfin autorisée à s’adresser à Jonathann, a tenté de lui faire expliquer son geste.

Résignée à ne pas obtenir de réponse, la mère d’Alexia a fini par s’adresse une dernière fois à son gendre, de manière glaciale : «je te souhaite un bon séjour en prison, Jonathann. Adieu.»

A la sortie du palais de justice, Isabelle Fouillot a ensuite indiqué son unique volonté à la presse : «qu’il passe le plus (de temps) en prison, c’est tout ce que je demande».

LA PLAIDOIERIE DES PARTIES CIVILES

Les avocats des parties civiles ont aussi pris la parole. Me Gilles-Jean Portejoie a notamment été incisif, en s’adressant au suspect : «vous vous rendez compte de ce que vous avez fait ? Est-ce que vous vous rendez compte des conditions de sa mort ? Qu’est-ce qui justifie qu’on donne la mort dans ces conditions ? ».

LA DATE DU VERDICT FIXÉ

Le président de la cour d’assises de la Haute-Saône a officiellement annoncé à l’ouverture de l’audience ce vendredi que le verdict sera rendu «samedi en fin d’après-midi ou en début de soirée».

Le verdict était initialement attendu vendredi, mais a été reporté en raison d’un important retard dans le planning.

Restent donc ce samedi matin les réquisitions de l’avocat général ainsi que les plaidoiries de la défense.

Cnews

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.