Insécurité : Un bandit arrêté avec des armes de guerre « on les achète à Madina… » (vidéos)

Le secrétariat général des services spéciaux de lutte contre le grand banditisme et le crime organisé a présenté ce jeudi 24 mai à la presse un « présumé » vendeur d’armes de guerre.

« Aujourd’hui c’est un grand jour parce que c’est des cas rares. Cela fait deux ans depuis que nous avons reçu l’information liée à l’existence de ce réseau de trafic d’armes. On va parler ici de trafic illicite, de détention illicite, de vente illicite d’armes de guerre. Ces armes ont été saisies dans les mains des particuliers qui se disaient vendeurs. Il y a déjà plus de 2000 armes vendus par cette personne. Ces armes ne sont pas des armes ordinaires, ce sont des armes de guerre. Si un particulier se prétend être commerçant, n’a rien à importer dans notre pays sauf les armes, pendant que conformément à la volonté politique du président de la République, le secrétariat général à la présidence chargé de la lutte contre la drogue et les crimes organisés s’est investit sur le terrain pour renforcer la sécurité nationale, c’est ce qui a motivé le colonel Thiegboro à mettre toutes les mesures en oeuvre pour mettre main sur ces armes. Cela avait fait près de deux ans que nous cherchons ce réseau. Ces armes sont extrêmement dangereuses dont le port est formellement interdit et dont l’importation est réglementé conformément à l’article 148 et suivant du code pénal guinéen….>> a fait savoir le Commissaire Soropogui Foromou

« Si vous voyez les bracages, les coupeurs de route, la criminalité dans la capitale c’est parce que les gens de façon illicite vendent les armes. Celui qui doit porter une arme doit être examiné par un médecin » a t-il rappelé.

Le mis en cause Salimou Fofana ne nie pas les faits qui lui sont reprochés. « Les armes on les gagne à madina, on ne les importe pas, on a des gens qui nous fournissent à Madina. Il y a des anciennes armes, quand on les achète, on fait la peinture. On n’a pas de documents de vente. J’ai commencé à vendre des armes il y’a de cela cinq ans à Conakry. Nos clients sont des patrons qui ont besoin de leur sécurité. Je vends selon la qualité : treize millions cinq cent, (13 500 000), douze millions cinq cent et les 8 coups c’est à 14 millions 500 mille… » raconte t-il.

Mais comment est-ce que ces armes se sont retrouvées en Guinée ? « Ce sont les gens qui envoient par la fraude et nous, on rachète pour revendre. S’il y’a un client, on appelle nos fournisseurs à Madina pour les informer. Si on revend on régularise la situation. Tous ceux qui ont payé avec moi ont leur permis de port » a t-il précisé.

En réaction, le Secrétaire général chargé des services spéciaux de la lutte contre la drogue et les crimes organisés a alerté la population sur la dangerosité de ces armes. « Il a été pris en flagrant délit. Ces armes sont de fabrication russe et turque extrêmement dangereuse. Je lance un appel pressant à tous ceux qui ont acheté ces armes de venir individuellement pour les déposer au secrétariat général des services spéciaux chargé de la lutte contre la drogue et les crimes organisés dans les 72heures qui suivent. Nous avons déjà leur nom dans les reçus livrés par ce malfrat » a t-il averti.

Il y a plus de 2000 armes aujourd’hui dans les quartiers de Conakry ce qui signifie que nous sommes en danger. Il y a parmi ces armes qui coûtent 22 millions. Ce montant n’est pas fait pour n’importe quel guinéen, a t-il conclu.

Selon Colonel Thiegboro, cela fait 10 ans que la Guinée n’a pas délivré un permis de port d’armes.

Lire les vidéos ci-dessous 

Libreopinionguinee avec Accentguinee 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here