Le ministre en charge de l’Industrie, Tibou Kamara, choisi pour être le candidat du RPG Arc-en-ciel au scrutin uninominal de Dinguiraye au compte des législatives du 1er mars, a officiellement lancé sa campagne ce mercredi, 12 février 2020 dans la commune urbaine. Dans un discours applaudi, Tibou Kamara n’a pas que parlé de sa candidature déjà largement saluée sur place. Tout en réaffirmant son attachement et ses bonnes intentions pour sa ville d’origine, le candidat Tibou a particulièrement parlé du débat sur le projet d’adoption d’une nouvelle constitution et sur l’éventuel troisième mandat du président Alpha Condé. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ancien journaliste a encore dit les choses sans détour.

Extrait

Nous parlons beaucoup de démocratie mais il n’y a pas de démocrates dans notre pays car la démocratie suppose une compétition politique loyale et saine. Elle suppose également la participation à des élections pour donner l’occasion au peuple de choisir librement ses dirigeants. Aujourdhui, il y a deux débats: le débat sur la constitution et celui sur une éventuelle candidature du président Alpha Condé aux élections présidentielles. Pourquoi le débat sur la nouvelle constitution suscite autant de polémiques ? Parce qu’on a voulu commencer par la fin.

Avant de se demander pourquoi le pays a besoin d’une nouvelle constitution éventuellement, on s’est empressé de dire à qui cela pourrait profiter. Donc au lieu de faire le débat sur la cause de la nouvelle constitution, on a anticipé sur les conséquences de la nouvelle constitution.

Comment peut-on anticiper sur une candidature qui n’a pas été annoncée par une convention démocratique comme tous les partis politiques le font ? Le chef de l’Etat l’a dit et nous savons tous qu’en démocratie ce sont les partis qui choisissent les candidats. D’ailleurs, j’ai entendu dire que le RPG peut présenter un autre candidat que le professeur Alpha Condé. Ou on laisse le RPG choisir librement, ou alors on choisit à sa place.

On ne peut pas lui reconnaitre la liberté de choisir et de lui imposer un choix (Applaudissements). Je pense qu’aujourd’hui le débat est clair. Nous devons discuter des conditions d’aller aux élections, du processus électoral: c’est un interêt commun. Mais nous ne pouvons pas anticiper sur le choix des candidats et choisir les candidats à la place de ceux qui doivent les choisir »

Guinee114

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here