Le malentendu provoqué par la répartition du quota alloué à l’opposition guinéenne dans le cadre de la composition des démembrements de la CENI, est loin d’être dissipé, alors que l’institution électorale, a annoncé le démarrage officiel de l’installation de ses antennes locales, à compter de ce lundi, 26 août 2019.

C’est en tout cas ce qui ressort d’un entretien que nous avons eu ce lundi, avec le président du Bloc Libéral. Dr Faya Millimouno, qui fait partie des leaders qui contestent cette clé de répartition, dit n’avoir pas encore été saisi être d’un quelconque consensus, par le président de l’UFDG, alors que celui-ci avait indiqué en fin de semaine dernière, que son parti ferait des efforts pour contenter les partis contestataires.

« … Je n’ai pas été saisi et nous n’avons pas trouvé de consensus. Nous contestons toute liste qui n’est pas consensuelle et nous insisterons auprès de la CENI, pour qu’aucune liste non consensuelle de l’opposition, ne soit acceptée. Nous avons déjà écrit au président de la CENI, pour le lui dire », a-t-il indiqué.

Le leader du bloc libéral entend donc user de tous les moyens légaux, pour empêcher toute prise en compte d’une liste non consensuelle de l’opposition.

Mosaiqueguinee

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here