Conflit domaniale en Guinée : Un cimetière de tout un secteur vendu à une femme

Le cimetière du secteur de Mabôyah  situé dans le quartier Kagbelin dans la commune de Dubréka a été vendu à une femme. Les citoyens accusent les autorités locales d’être à la base de ce bradage. Une accusation rejetée par le chef secteur de Mabôyah et qui charge à son tour les responsables de Kenindé, un autre quartier de la commune.

Le secteur de Mabôyah l’ouest est étendu sur un espace de plus de 3 kilomètres. La localité ne dispose d’aucune infrastructure sociale de base. L’école publique, le centre de santé, le marché, le terrain de jeu ou encore de maison de jeunes sont quasi absents dans la localité. Si les citoyens de Mabôyah ont digérés l’absence de ces infrastructures, ils sont remontés contre la vente de leur cimentière situé dans les lots17et20.Ibrahima Condé est leur porte parole.

« Ce secteur qui est en manque de toutes infrastructures publiques  ne veut pas voir le seul endroit réserver pour le cimetière vendu par un seul individu,  de surcroit qui n’est même pas du secteur. Malgré tout cela, les chefs de quartier et les individus mal intentionnés emmerdaient toujours les habitants pour l’enterrement. C’est ainsi, que la population a décidé  que le cimentière lui revient. C’est le chef de quartier de Kindiady Pagal qui a vendu ce terrain en 2017, et s’est permis de dire qu’il n’y a pas de cimetière ici. C’est ainsi qu’on s’est rendu à l’habitat,  ensuite à son bureau où ils nous ont sorti le plan et il a finalement reconnu que ce domaine est un cimetière. Mais hélas c’était déjà vendu» a laissé entendre.

Toujours selon Ibrahima Condé, voyant la situation, ils ont informé dame Madeline que cet endroit est un cimetière, ensuite porté plainte contre elle à l’habitat de Dubréka et informer la gendarmerie qui a ordonné l’arrêt des travaux sur le cimetière. Mais malgré,  elle a continué ses travaux de construction sur le cimetière. Et selon Ibrahima Condé la réponse de la dame a été claire «  Elle dit que ce n’est pas un cimetière ».

Louceny Cissé  qui est aussi habitant du secteur, nous informe  que la dame se dit prête à en découdre avec la population de Mabôyah.

 « C’est l’habitat qui a fait le lotissement de ce quartier en 2007. Et dans leur plan, ils ont mentionné que c’est un cimetière. Mais quelques années après on a vu qu’une femme est entrain de construire sur ce domaine. Les responsables se sont déplacés pour lui dire que c’est un cimetière,  mais elle a fait la sourde oreille. Le chef de quartier de Kindiady j’ai été à son bureau où il a reconnu devant nous que ce domaine est bien réservé pour le cimetière de Mabôyah. Mais il nous a dit qu’ils ont vendu 4 parcelles à la dame et de prendre nous le reste des 6 parcelles pour en faire un cimetière. Sur le coup j’ai dis non. Cette dame veut coute que coute construire dans ce cimetière, elle est même parti chercher un topographe  du nom de Barry Kassa pour faire un autre plan en dehors de notre plan original ».

Le chef secteur de Mabôyah qui est membre du conseil de quartier de Kagbelin dément en bloc l’implication des responsables locaux dans la vente dudit cimentière. Monsieur Soumah indexe un doigt accusateur aux responsables du quartier Kenindé.

Pour terminer, Ibrahima Condé a au nom des habitants de son secteur lancé un appel

« Je dis à tous les responsables de la Guinée de penser à la mort, de donner à la population son droit. Ce n’est pas la peine de faire le jugement avec l’argent. Nous les  demandons la restitution à temps de notre cimetière entier. Nous les prions d’assumer leur responsabilité, d’arrêter la vente des cimetières, des terrains de football. Nous ne déjusterons pas d’une seconde, a-t-il conclut.

Libreopinionguinee avec guineesynthese

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here