Il s’agit d’un conflit domanial entre Mamadou Djouldé Diallo et les héritiers de feu Laye Sidiki Cissé. Une affaire déjà tranchée par la justice mais qui souffre encore dans son application. Mamadou Djouldé Diallo, commerçant de son état, peine à jouir pleinement de ses droits sur le terrain urbain bâti, formant la parcelle numéro 16 du lot 9, sise à Madina, commune de Matam. Les descendants de feu Laye Sidiki Cissé occupent depuis 2010 les lieux en dépit de toutes les sommations de la justice Guinéenne.

En effet, le 06/05/2010, Laye Sidiki Cissé malade, a désiré revendre son immeuble et le terrain sur lequel il est bâti. Il passera en toute lucidité un contrat de vente avec Mamadou Djouldé Diallo, le 06/05/2010. Maitre Moussa Sy Savane, notaire, va sceller l’acte de vente ce, après une période d’enquête et de vérification des documents de propriété.
Ainsi, les titres de propriété, notamment le titre foncier numéro 988, ont été remis à Mamadou Djouldé Diallo et la mutation de propriété en sa faveur s’en est suivie (voir acte de mutation du titre foncier).
 

Ce dernier, en dépit du fait d’avoir honoré l’ensemble de ses obligations contractuelles notamment, le paiement intégral du montant de la vente, aura du mal à récupérer sa nouvelle propriété, contraint ainsi à surseoir à toute mise en valeur dudit domaine. Les héritiers de feu Laye Sidiki Cissé, vont lui opposer un refus catégorique, arguant que le contrat de vente a été fait et conclu par leur père sans leur consentement. Et pourtant, au regard du droit et de la loi, le propriétaire des lieux était bien à l’époque des faits Laye Sidiki Cissé, car seul détenteur des documents légaux authentiques.

Le défunt, après avoir reçu le montant de la vente de sa propriété, a pris soin de repartir à chacun de ses 17 enfants, des sommes d’argent dont les montants varient de vingt-cinq à cinquante millions de francs guinéens. (Voir liste des bénéficiaires).

Face à cette mauvaise foi, Mamadou Djouldé Diallo va assigner les héritiers de feu Laye Sidiki Cissé devant le tribunal de première instance de Mafanco. Le jugement rendu en faveur de Mamadou Djouldé Diallo, va lui reconnaitre la propriété de la parcelle numéro 16 du lot 9 de madina et, ordonnant l’expulsion des héritiers de feu Laye Sidiki Cissé. (Voir copie de la décision).

De 2010 à date, Monsieur Mamadou Djoulé Diallo fait des pieds et des mains pour entrer en possession de sa propriété mais en vain. De nombreux exploits d’huissier ont été servis aux fins d’en déguerpir les occupants illégaux hélas sans suite. (Voir copies des exploits d’huissier)

A défaut d’avoir raison devant la justice, les héritiers de feu laye sidiki Cissé optent pour la calomnie et la diffamation. Est- ce le prix de la patience d’un homme qui, depuis près 10 ans a préféré préserver la dignité de ces héritiers en espérant qu’ils entendraient raison et s’en iraient d’eux-mêmes sans contraintes?

Confondus par des preuves irréfutables, des actes de vente librement signés de leur père et par l’existence des documents de propriété au nom de Mamadou Djouldé Diallo, ces héritiers ne trouvent autre voie que celle de présenter cet homme comme un monstre désireux de les jeter sans aucune forme d’humanisme.

S’il est vrai que force doit rester à la loi, alors, les décisions de justice rendues en faveur de Mamadou Djouldé Diallo doivent être appliquées et afin de le rétablir dans ses droits.

Source : inquisiteur.net

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here