Burkina Faso, attaque terroriste à Ouagadougou
Burkina Faso, attaque terroriste à Ouagadougou

Un panache de fumée noire s’élève au-dessus du centre-ville de Ouagadougou

Une attaque armée contre l’ambassade de France et l’état-major des armées a eu lieu vendredi matin dans la capitale burkinabè. Plusieurs assaillants ont été neutralisés. Au moins 85 personnes ont été blessées.

Une double attaque coordonnée a eu lieu, vendredi matin, à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. La première a visé, peu avant dix heures, l’ambassade de France. Selon nos informations, quatre hommes armés auraient tenté de pénétrer dans les locaux de la chancellerie, sans y parvenir. Un intense échange de tirs a éclaté entre les assaillants et les gendarmes burkinabés protégeant les locaux.
En parallèle, un second raid a eu lieu à environ un kilomètre de là, près de l’Institut français Georges Mélière et l’état-major général des armées. Une violente explosion a été entendue. Des photos postées par des habitants de la capitale sur Twitter montraient des épaisses colonnes de fumée noire s’élevant de plusieurs batiments.

Au moins 28 personnes ont été tuées dans cette attaque, assurent des sources sécuritaires françaises. Au moins 85 personnes ont également été blessées, selon le directeur central des services de santé de l’armée burkinabè. Ce bilan est susceptible d’évoluer. Selon une source diplomatique, aucune victime française n’est à déplorer. D’après un communiqué gouvernemental, au moins six assaillants ont été abattus. «Le gouvernement, tout en condamnant ces actes lâches et barbares, informe les populations qu’un poste avancé est ouvert aux blessés au stade municipal Issoufou Joseph Conombo», indique un communiqué gouvernemental.

«Emmanuel Macron suit très attentivement ce qui se passe, il est tenu informé en direct par ses équipes de l’évolution de la situation»
L’Élysée
Peu avant 14 heures (heure française), le service d’information du gouvernement burkinabé a déclaré que cet assaut visait bien l’ambassade de France et l’état-major des armées. «La situation est sous contrôle concernant les emprises diplomatiques françaises», a indiqué l’entourage du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, à l’AFP. «Le président de la République suit très attentivement ce qui se passe, il est tenu informé en direct par ses équipes de l’évolution de la situation. Les ressortissants français présents à Ouagadougou doivent suivre les instructions de l’ambassade», a indiqué l’Élysée. De son coté, le parquet de Paris a annoncé ouvrir une enquête pour «tentative d’assassinat terroriste». Une enquête de flagrance a été ouverte pour tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle», a précisé le parquet, compétent car l’attaque a visé des ressortissants et des intérêts français.

Au ministère de l’Intérieur, une personnalité éminente croit savoir que «l’affaire n’est pas terminée à Ouagadougou». À l’entendre, il n’y a pas de répercussion sur le niveau d’alerte antiterroriste dans l’Hexagone et «les groupes qui agissent sur ce front ne sont jamais venus en France». Toutefois, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) «surveille avec attention» la situation. Pour l’heure, «la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et le ministère des Affaires étrangères oeuvrent en première ligne». Les services de l’Intérieur «communiquent avec eux». Les experts antiterroristes de Beauvau ont participé à «une première réunion de crise à 13 heures, une autre va se tenir ce soir». Selon nos informations, des renseignements faisaient état, il y a quelque temps, d’individus qui avaient franchi les frontières pour s’infiltrer au Burkina Faso. Selon une source de haut niveau, il semble bien que les groupes terroristes «agrandissent le cercle dans la région».

Lefigaro

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here