La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a promis que les « lois sur les armes vont changer » au lendemain de l’attaque de deux mosquées. AFP/Marty MELVILLE
La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a promis que les « lois sur les armes vont changer » au lendemain de l’attaque de deux mosquées. AFP/Marty MELVILLE

Brenton Tarrant, le tueur des mosquées, avait pu acheter en toute légalité deux fusils semi-automatiques, deux fusils de chasse et un fusil à pompe.

La Première ministre néo-zélandaise s’est engagée samedi à durcir les lois sur le port d’armes, au lendemain de l’attaque de deux mosquées par Brenton Tarrant, un Australien équipé d’armes semi-automatiques acquises légalement, qui a fait 49 morts.

« L’attaquant était détenteur d’un permis de port d’armes acquis en novembre 2017 », a précisé Jacinda Ardern lors d’une conférence de presse à Wellington, avant de se rendre à Christchurch, la ville du sud du pays où a eu lieu le carnage.

Brenton Tarrant, âgé de 28 ans, qui a été inculpé pour meurtre, avait acheté deux fusils semi-automatiques, deux fusils de chasse et un fusil à pompe, a-t-elle précisé.

Un attentat anti-musulmans fait au moins 49 morts en Nouvelle-Zélande

« Le simple fait que cet individu ait acheté un permis et acquis des armes de ce type, cela me fait dire que les gens vont vouloir que cela change, et je m’y engage », a-t-elle expliqué.

Vers une interdiction des armes semi-automatiques

« Je peux vous dire une chose, nos lois sur les armes vont changer », a-t-elle ajouté. Mme Ardern a noté que des tentatives avaient eu lieu en 2005, 2012 et 2017, et précisé qu’il fallait envisager une interdiction des armes semi-automatiques.

Elle a aussi confirmé que Brenton Tarrant comme les deux complices présumés qui ont été arrêtés, dans des circonstances que la police n’a pas précisé, n’étaient pas sur le radar des services de renseignement. Le premier avait pourtant publié en ligne un manifeste évoquant des projets d’attentat anti-musulman.

LIRE AUSSI >Attentat de Christchurch : qui est Brenton Tarrant, le tueur des mosquées ?

« Ils n’étaient surveillés ni ici ni en Australie », a-t-elle précisé. « J’ai demandé à nos agences ce matin (samedi) de travailler rapidement pour déterminer s’il y a une activité quelconque sur les médias sociaux or autre qui aurait dû provoquer une réaction ».

1,2 million d’armes à feu détenues légalement par des civils

La Nouvelle-Zélande a durci les conditions d’accès aux armes semi-automatiques en 1992, deux ans après qu’un malade psychiatrique eut tué 13 personnes à Aramoana, sur l’île du Sud. Néanmoins, il suffit d’avoir plus de 16 ans pour demander un permis de port d’arme standard après des séances d’instruction en matière de sécurité. Ils peuvent alors acheter un fusil et l’utiliser sans contrôle.

La plupart des armes à feu échappent à l’obligation d’enregistrement, et la police ignore combien d’entre elles sont détenues « que ce soit légalement ou illégalement », notaient les forces de l’ordre dans un communiqué en 2018.

Elles estimaient que la législation obligeant à déclarer les armes semi-automatiques avait des lacunes.

LIRE AUSSI >Attentat de Christchurch : dans la tête du terroriste, tout a commencé en France

Samedi, Mme Ardern a affirmé vouloir entièrement bannir ce type d’armes, ce que la police recommandait dès 1997. En 2014, les forces de l’ordre avaient fait une estimation de 1,2 million d’armes à feu détenues légalement par des civils, soit une pour quatre habitants.

La police urbaine en Nouvelle-Zélande n’est pas armée. Les unités des forces spéciales, armées, interviennent le cas échéant.

Le Parisien

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here