Un jeune homme a été tué dans une attaque à main armée perpétrée par des inconnus, dans la nuit du jeudi à ce vendredi 04 janvier 2019 à Kassonyah village, dans la préfecture de Coyah. Les assaillants, qui n’ont rien pu emporter, ont poignardé la victime avant de prendre la poudre d’escampette, a appris un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

L’attaque est survenue à l’aube de ce vendredi dans la concession de Mohamed Bah, située au secteur Kiragbé, à Kassonyah village. Un groupe d’individus armés a fait irruption dans la concession à la recherche du moindre bien à emporter. Mais, n’ayant pu leur objectif, les attaquants ont poignardé mortellement le fils du concessionnaire, un étudiant en licence 3 (Droit Public) avant de s’enfuir. Sous le choc, Mohamed Bah a accepté de témoigner au micro d’un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

« Vers 4 heures du matin, on a attendu un coup sur une porte externe de ma maison. C’était dans l’annexe où habite mon fils, donc ma première femme a regardé par la fenêtre, elle a vu le mouvement des gens. Moi aussi j’avais entendu le bruit et on s’est retrouvé au salon ma première femme et moi. Elle m’a dit que des bandits sont rentrés chez Billo et j’ai constaté qu’il y avait beaucoup de personnes que je ne pouvais pas compter. Ils ont fouillé sa chambre et j’ai dit à la femme de rester tranquille.

Entretemps, ils sont venus avec mon fils vers notre porte. Mon fils était accompagné par quatre personnes, j’ai vu des gens qui sont arrêtés avec des fusils. J’ai dit à ma femme de prendre les enfants et j’ai gardé le sang-froid. Mon fils aussi a été brave, il m’appelait papa en poular pour m’alerter qu’il y a des bandits dans la cour. Au moment où un des bandits tentait de défoncer notre porte, ma femme a crié au secours pour appeler notre voisin.

Il y a eu du mouvement dans la cour et on a entendu deux coups de feu. En tirant ces coups de feu, ils ont poignardé le petit au niveau du cœur et il est tombé. Quand les bandits sont partis, je suis venu auprès de lui, à ce moment il respirait d’abord. Mais, il avait perdu beaucoup de sang avant que je ne sorte, donc il a rendu l’âme », a expliqué le père de famille.

A noter que selon plusieurs habitants de Kassonyah, les attaques à main armée sont très récurrentes dans la zone, dépourvue de services de sécurité.

Avec Guineematin.com

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here