« JE LEUR DIS DE RESTER FORTS EN GARDANT LA FOI EN DIEU. BIEN SÛR DE CONTINUER À SE MOBILISER ET DE S’ORGANISER POUR LA TENUE DE CE PROCÈS TANT ATTENDU PAR NOUS TOUS, POUR QUE JUSTICE SOIT RENDUE. BIEN SÛR EN LEUR FAVEUR ET CONTRE LES AUTEURS. ET TOUT CELA POUR LA GUINÉE… PARCE QUE CE PROCÈS VA ÊTRE UN MOYEN DE RUPTURE. POUR FAIRE EN SORTE QUE LA GUINÉE ROMPE AVEC CE DÉMON DES VIOLENCES. »

A la veille du dixième anniversaire des événements du 28 septembre 2009, le président des NFD (novelles forces démocratiques), Mouctar Diallo a accordé une interview à Guineenews. Dans cet extrait que nous vous proposons, l’actuel ministre de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune livre un message aux victimes toujours en attente de justice. Lisez !

Lire : Massacre du 28 septembre 2009 : Cellou s’en souvient et raconte comment Wade l’a sorti du pays

« … Je leur (les victimes ndlr) transmets à tout moment des messages parce que nous sommes en contact… Je vous dis que moi-même je suis victime et je suis en contact avec d’autres victimes directes et indirectes. C’est-à-dire des personnes qui étaient au stade et qui portent physiquement les séquelles des violences et d’autres qui ont perdu des parents et des proches dont ils n’ont pas les nouvelles parfois. Je leur témoigne quotidiennement ma solidarité, mon soutien dans tous les domaines. Elles peuvent l’attester. Je leur passe quotidiennement le message de foi parce que la foi peut permettre de tenir dans cette épreuve extrêmement douloureuse. Je leur dis de rester forts en gardant la foi en Dieu. Bien sûr de continuer à se mobiliser et de s’organiser pour la tenue de ce procès tant attendu par nous tous, pour que justice soit rendue. Bien sûr en leur faveur et contre les auteurs. Et tout cela pour la Guinée. Je leur dis effectivement qu’autant ils devraient être fermes sur la tenue du procès pour leurs droits, pour nos droits, mais que c’est pour le pays qu’ils devraient le faire aussi. Parce que ce procès va être un moyen de rupture. Pour faire en sorte que la Guinée rompe avec ce démon des violences, une sorte de cercle vicieux de violences permanentes, gratuites et ignobles pour entrer dans une dynamique de valeur, de moral, de pitié, de foi, de pardon, de tolérance, de fraternité, d’amour. Défendre des valeurs pour la nation, pour la République pour faire en sorte que notre Guinée soit un pays où il fait bon vivre pour tous les Guinéens, dans l’unité et la fraternité… Je crois bien sûr que ces victimes, en tout cas dans leur grande majorité, sont dans cet état d’esprit que je salue. Je leur réitère encore une fois ce message de foi, de patriotisme et d’amour. » Lire aussi : Asmaou Diallo, pdte/AVIPA : « il a fallu du sang des innocents tués pour qu’on ait un Etat démocratique »

Guineenews

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here