Mamadou Bobo Bah, âgé de 29 ans, originaire de la sous-préfecture de Sanoun (Labé), a été tué par son épouse, Aminata Diallo, dans la nuit du samedi au dimanche, 31 mars 2019, à Sonfonia Gare, dans la commune de Ratoma. La jeune femme a mortellement poignardé son mari dans une bagarre entre les deux. Selon le témoignage du père de la femme, interrogé ce lundi, 1er avril par un reporter de Guineematin.com, la meurtrière souffrait d’une dépression mentale. Hier matin, j’étais avec la dame au commissariat central pour me rassurer qu’elle aussi n’a pas eu de problème. Je lui ai demandé, es-ce que vous savez où se trouve votre mari ? Elle dit qu’elle ne sait pas. Je dis pourquoi vous avez réagi comme ça ? Elle dit qu’elle ne sait pas pourquoi elle a réagi de la sorte, mais elle était inquiète. Cependant, elle n’était pas informée de la mort de son époux au moment où je quittais », a fait observer le premier responsable de Sonfonia Gare.

Par ailleurs, le Chef de quartier de Sonfonia Gare dit qu’il connaissait bien le défunt. Selon lui, Mamadou Bobo Bah était un jeune calme. « Mamadou Bobo Bah était un intime ami à mon jeune frère, issu d’une famille polyglotte, calme et compréhensible. Le jeune n’avait pas de problème. Il était courtois et respectueux. Jusqu’à présent, je m’interroge pourquoi il a eu la mort de cette façon », a laissé entendre Ousmane Traoré.

Très affectée par la disparition de son fils, dame Saliou Diogo Diallo a dit avoir appris la mort de son garçon avec beaucoup d’amertume et de frustration. « J’étais au village, c’est de là-bas qu’on m’a informé de la mort de mon fils. Je ne savais même pas dans quelles conditions il a trouvé la mort. C’est quand je suis arrivée à Conakry que j’ai su qu’il a été poignardé. Je retiens de mon enfant, (pleures) un garçon honnête, sérieux et pieux. Il avait toutes les bonnes qualités d’un bon garçon », a dit la mère.

Dépassé par les événements, Mamadou Moumini Diallo, père de la jeune femme, demande aux proches de la victime de pardonner. Selon lui, sa fille était atteinte d’une dépression mentale avant le mariage. « C’est avec beaucoup d’angoisse que j’ai appris cette mauvaise nouvelle. Mais, ma fille était dépressive, elle perdait souvent la raison.

Souvent, elle créait des dégâts à la maison avant son mariage. Elle se battait souvent avec les membres de la famille. Quand elle n’était pas d’humeur, elle criait, frappait les gens et insultait tout le monde dans la famille. Mais jamais, elle n’avait pris un couteau contre quelqu’un », soutient le père d’Aminata Diallo.

A noter que le défunt s’est marié à Aminata Diallo en 2015. Le couple a eu un garçon répondant au nom d’Oumar Rafiou Bah. Mamadou Bobo Bah a rejoint sa dernière demeure dans l’après-midi de ce lundi, au cimetière de Tombolia, dans la commune de Matoto.

Aux dernières nouvelles, Aminata Diallo aurait été auditionnée par le procureur de la République de Dixinn.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél: (00224) 621 09 08 18

Interrogé à ce sujet, Alhassane Diallo, voisin direct et proche du défunt, a confié à notre reporter ce qu’il sait du drame. « A mon retour du travail, aux environs de 21 heures, j’ai trouvé mon frère et sa femme en train de se battre. Mais, puisque l’enfant (des époux) était en insécurité et il pleurait sous leurs pieds, j’ai donc pris le soin de le prendre pour l’envoyer chez moi.

A mon retour, j’ai entendu Mamadou Bobo Bah pleurer en disant Koto Alhassane (grand frère Alhassane) ma femme m’a tué ! Elle m’a tué ! Envoie moi à l’hôpital ! Paniqué, je suis sorti pour appeler au secours. Avec l’aide des voisins, nous l’avons transporté dans une clinique proche de chez nous. Ceux-ci ont fait des premiers soins et nous ont dit de l’amener à l’hôpital Sino-guinéen de Kipé. Mais, avec les nombreux embouteillages, il en est mort en cours de route», a-t-il expliqué.

A la question de savoir s’il y avait des antécédents entre les deux, Alhassane Diallo dit que le couple s’entendait bien. « Les disputes, il y en a souvent dans les couples. Entre ce couple, il n’y avait que très peu de disputes. Sinon, le couple vivait en harmonie. Maintenant, pour ce cas-si, je ne sais vraiment pas pourquoi ils se disputaient ».

Selon Ousmane Traoré, chef de quartier de Sonfonia Gare, c’est vers 21 heures 55 minutes qu’il fut appelé par le chef du secteur où le meurtre s’est produit, l’informant de ce qui s’était produit. « Suite à cette information, j’ai demandé à mon chef secteur de récupérer la femme et la mettre dans un lieu sûr. Le monsieur s’est débattu, il a pris la femme, l’envoyer chez lui. Ainsi, nous avons appelé le commissariat central qui a envoyé un pick-up pour la transporter à leur siège. Donc, à l’heure où je vous parle, la dame est au commissariat central de Sonfonia.

Guineematin

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here