Alpha Condé troublé par l’explosion de « grenade » à Kindia

Dans une de ses récentes sorties, le très célèbre jeune révolutionnaire de Guinée, Boubacar Diallo connu sous le nom de GRENADE, arbitrairement incarcéré à la maison centrale de Kindia, l’on se souvient, avait indisposé le gouvernement avec le démenti cinglant des allégations abusives de Sékou Souapé. Le ministre Cheick Sakho lui-même n’avait pas résisté à la nécessité de s’y rendre pour déverser la colère du gouvernement sur la garde pénitentiaire et restreindre la davantage la purge du jeune.

Cette fois-ci encore, du fond de sa cellule rétrécie, imperturbablement GRENADE garde sa ligne. « Depuis mon arrestation j’ai constaté qu’il y’a des gens qui utilisent mon nom pour salir celui du président de l’ufdg et sa femme Hadja Halimatou Dalein Diallo. Je mets ce texte aujourd’hui pour dire à ces détracteurs d’arrêter ce sale boulot. Mentir sur quelqu’un n’est pas un métier, qu’ils aillent se chercher un autre. Je ne pourrais jamais parler de ces deux personnalités ou de ce qu’elles font puisque je ne sais rien si ce n’est de combattre pour l’instauration de la démocratie en Guinée et moi aussi je ne suis qu’un militant et je suis avec eux parce que je suis pour la démocratie. Alors, à ceux qui gâtent mon nom je réitère encore une fois, gardez vos idioties pour vous. Moi ‘’Grenade Le Révolutionnaire’’, je reste et demeure celui qui lutte pour l’instauration de la vraie démocratie en Guinée !!! A bon entendeur salut…» lâche-t-il.

Ça, visiblement, ça fait mal à Alpha Condé. D’autant plus que le lendemain, la procédure concernant GRENADE qui suivait son cours normal a été annulée par la chambre d’accusation de la cour d’appel de Conakry. « Tous les actes posés par le juge d’instruction du Tribunal de première instance de Dixinn dans l’affaire Grenade, ont été annulés. On reprend à zéro. Il a été ordonné que l’information judiciaire soit reprise par un autre juge d’instruction en l’occurrence le doyen Diawara. » a annoncé à la presse Maître Alsény Aissata Diallo, l’avocat de Boubacar Diallo.

Il révèle que suite à une requête déposée par les avocats de la défense, lors de l’audience contradictoire devant la chambre de contrôle, il a été constaté de bout en bout que le droit a été violé dans ledit dossier et la Cour a fini par rendre justice et prononcer l’annulation de la procédure.

Boubacar Diallo qui reste encore en détention, à la prison civile de Kindia et dont les avocats sont optimistes pour sa libération prochaine, avec son pseudonyme de GRENADE et le grand risque d’explosion de la vérité sur les arachides pourries vendues en Europe par Rachid N’Diaye, causeraient de longues et graves nuits d’insomnie à Sékoutouréa. Le Fama a trop investit dans cette « affaire » pour se laisser faire. Plus que Souapiti et Plaza Diamont réunis.

GRENADE, ce n’est plus ce petit vendeur de CD et DVD dans les rues de Conakry. Ce n’est plus ce jeune militant irréductible de l’UFDG de la haute banlieue. L’enfant de Wanindara (Wandian city) est devenu le cauchemar de Sékoutouréa et celui du maître des lieux. C’est pourquoi le professeur Fama ne fait plus confiance en personne.

Finis les arachides pourries, les minables ‘’Damangtinades’’ d’Albert, les conneries des cent cons ou les bagouts des Bantama et autres… Désormais Fama va au front lui-même. Contre GRENADE. Il livre et perd sa bataille sur RFI, avec Christoph Boibouvier pour parler de l’AFFAIRE GRENADE.

Désormais l’opinion nationale et internationale est édifiée. Tout ce tumulte autour de Boubacar Diallo et des armes, tout ce qu’on a entendu sur le massacre des manifestants et qui a endormi plus d’un debout, n’est qu’une ‘’affaire’’. C’est en effet sur RFI que le monde entier a entendu Alpha Condé dire, je cite : « C’est Cellou Dalein Diallo qui vous souffle les questions à poser. Pourquoi vous insistez sur le troisième mandat ? Pourquoi vous ne parlez pas du PNDES ? Du café Mercedes ? De l’affaire Grenade ? »

C’est ce qui arrive quand, à quatre vingt ans, on s’acharne sur un jeune de vingt ans. C’est comme dans une progression arithmétique de raison quatre (4). A vingt ans, on voit et on entend quatre fois plus vite, on réfléchi et on agi quatre fois plus vite, qu’à quatre vingt ans. De même on est quatre fois plus intelligent. A vingt ans, on vient de commencer à vivre, on a le sang chaud, on veut tout changer tout de suite et on est surtout sûr de soi. A quatre vingt ans, on est au crépuscule de la vie, on a peur de mourir, on veut que tout reste comme tel, on doute de tout le monde et on confond tout. L’enseignant, guinéen, les journalistes guinéens et français, Tibou, Baidy et Bobodi. A quatre vingt ans, on a tendance à confondre aussi GRENADE, Cellou Dalein et l’ange Gabriel…

Cet air de panique, causé par l’explosion de GRENADE à Kindia, a été le principal compagnon de Fama dans tout son entretien avec Christoph Boibouvier. Il a dit exactement le contraire de tout ce qu’il a toujours dit jusque-là opinant ignorer qu’on est dans un Etat régi par une Constitution et des lois.

« Ce qui m’intéresse, moi, c’est l’avenir de la Guinée dans 30 à 40 ans… », répond-il à une question tout en trouvant à une autre que « Vous êtes graves, vous les journalistes. Pourquoi aimez-vous répondre à la place des gens ? Pourquoi aimez-vous prédire ce qui pourrait se passer dans trente ans ? »

Sur la question de ‘’rêve’’ d’un troisième mandat, nonobstant la prescription de la Constitution et sa limitation à deux mandats, Fama trouve le moyen de dire à la face du monde qu’il n’a pas de commentaire. Mieux, il accuse Tibou et tous les autres en ces termes : « Tous mes conseillers m’ont dit d’esquiver la question… ».

Quant à la coopération, Fama est on ne peut mieux clair. Il affiche et exprime sans gène son désamour et le divorce d’avec l’occident et annonce en même temps le coup de foudre des pays de l’Asie de l’Est et la Russie. « Ecoutez-moi bien, que cela soit très clair. Ce n’est pas RFI, qui dirige la Guinée, ni les ONG occidentales. Pourquoi vous ne posez pas cette question aux pays de l’Asie de l’Est ? Pourquoi vous ne posez pas cette question à Poutine ? », annonce-t-il avec fracas.

Enfin, dans le comble de l’effet GRENADE, notre Fama national annonce avec fierté : « La dernière fois, nous étions en visite des sites industriels en banlieue de Conakry. J’ai grimpé les escaliers jusqu’au quatrième étage. Après, je suis redescendu… ». On dit que le tigre ne réclame pas sa tigritude, il saute. Mais Diallo Souleymane et son journal le Lynx doivent se réjouir qu’un ‘’GRIMPEUR’’ se flagorne de son aptitude à grimper. Sa GRIMPITUDE…

Alpha Issagha Diallo membre de l’ufdg

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here