Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Mea culpa de certains magistrats : la déception du juge Alphonse Charles Wright « le magistrat doit être un sacrifice pour son peuple et non sacrifier son peuple »

A l’occasion de la tenue des consultations entre les magistrats et le CNRD, certains procureurs et juges ont laissé entendre qu’ils n’étaient pas totalement indépendants, parce que selon eux, ils subissaient une pression de la part des autorités au plus haut niveau. Chose qui ne laisse pas indifférent le célèbre juge Alphonse Charles Wright. Le président du tribunal de première instance de Dubreka estime que ces magistrats ont tout simplement violé leurs serments, a appris Laguinee.info à travers un de ses journalistes.

« Admettre avoir subi la pression de l’exécutif au point de reculer face à sa responsabilité professionnelle est un aveu de la violation du serment du magistrat. Par conséquent, un tel magistrat ne mérite pas de rendre la justice au nom du peuple devant lequel il a prêté serment de n’être soumis qu’à la seule autorité de la loi. Dans le cas contraire, il orientera très mal la boussole de la justice vers une destination d’injustice institutionnelle. Après la transition, il sera capable de trouver d’autres justificatifs en soutenant que les autorités l’ont dérouté à nouveau face à sa responsabilité. Il n’y a pas d’homme providentiel. Cependant, le magistrat doit être un sacrifice pour son peuple et non sacrifier son peuple.

Nul ne peut réussir seul, chacun doit se repentir selon le degré de sa faute tout en s’engageant au-delà des mots, à ne pas abandonner son serment au prix de sa vie », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Pour rappel, le juge Alphonse Charles Wright a été considéré comme l’un des juges courageux pendant le régime déchu. C’est lui qui a eu le courage d’acquitter pour un premier temps l’activiste Oumar Sylla alias Foniké Menguè. Il a également décerné des mandats d’arrêt contre le directeur central de la police judiciaire, Aboubacar Fabou Camara et son adjoint sur une plainte des leaders du FNDC. Le juge Charles Wright a été celui-là qui a également condamné à 5 ans d’emprisonnement le jeune Ousmane Gnelloy, proche du parti au pouvoir, avant de décerner un mandat d’arrêt contre lui.

Libreopinionguinee avec Laguinee.info

 

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.