Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

La police fait le point sur l’évasion de Sidy Mohamed Diallo : « Nous l’avons appris comme vous qu’il s’est évadé à la Maison Centrale de Conakry »

La direction générale de la police nationale a animé ce vendredi 23 juillet une conférence de presse pour parler du bilan de ses activités opérationnelles pour le trimestre allant d’avril à juin. C’était au siège du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, sis à Coleah dans la commune de Matam.

C’est le porte-parole de la police nationale qui a ouvert le bal en dressant le bilan général et secteur par secteur.

Dans sa communication, le Contrôleur général Boubacar Kassé a rappelé que durant le dernier trimestre, les services de la direction centrale de la police des frontières ont enregistré 601 visas d’entrée, 1 681 visas de long séjour, 343 cartes de séjour, 86 passeports diplomatiques, 139 passeports de service et 18 735 passeports ordinaires.

Interrogé sur la situation de Sidy Mohamed Diallo, le présumé cerveau du kidnapping de l’opérateur économique, le directeur général de la police nationale dira, pour sa part, que ses agents sont à ses trousses.
« En tant que policiers, nous constatons les infractions, nous rassemblons les preuves. S’il le faut, nous arrêtons et nous mettons les éléments à la disposition de la justice.  Mohamed Sidy Diallo a été arrêté par nos services, il est le cerveau principal du kidnapping de l’opérateur économique Thierno Amadou Dansoko. Nous l’avons appris comme vous qu’il s’est évadé à la Maison Centrale de Conakry. Comme notre travail est continuel, nous sommes à sa recherche. Comme c’est un homme averti, certainement il est sorti de la prison avec de nouvelles stratégies. Mais qu’il sache que la police aussi a plusieurs autres stratégies. Nous avons même des stratégies à l’international. Parce que nous sommes membres de l’Interpool. Et nous le traquerons jusque dans son dernier retranchement… », a prévenu le patron de la police guinéenne, l’Inspecteur général Ansoumane ‘’Bafoé’’ Camara.

Quant à la question relative à la lenteur dans la délivrance des cartes biométriques, le Contrôleur général de police, Mamadouba Paye Camara rejette toute responsabilité de la police guinéenne.

« Je défie quiconque qui dira qu’il est venu dans un commissariat et qu’il n’a pas été enrôlé le même jour. Il y a certains citoyens qui viennent directement dans les commissariats centraux pour réclamer leurs cartes d’identité alors qu’ils devaient commencer par l’Etat civil dans les communes.  Je suis tous les commissariats centraux, j’ai la possibilité de voir au moment même où ils sont en train d’enrôler un citoyen. Quand je constate qu’un citoyen est dans la base de données pendant 72 heures et que sa carte n’est pas imprimée, j’interviens directement, ils peuvent témoigner », a-t-il expliqué.

Poursuivant, le directeur du Bureau de Stratégie et du Développement (BSD) du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, par ailleurs responsable du projet de biométrisation des cartes d’identité, a annoncé qu’à partir du 1eraoût prochain, une mission se rendra à N’Zérékoré, Kankan, Mamou et Boké pour lancer les opérations d’enrôlement. « Une fois que les opérations sont lancées dans une localité, les anciennes cartes ne seront plus produites », a précisé à la presse le Contrôleur général Mamadouba Paye Camara.

Libreopinionguinee avec Guineenews

 

 

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.