Violences autour du contrôle de la mairie de Kintinia : au moins 10 blessés et d’importants dégâts matériels

0

L’installation du conseil communal de Kintinia, une sous-préfecture de Siguiri très riche en ressources minières, a été émaillée de violences ce dimanche, 21 octobre 2018. Au moins 10 personnes ont été blessées, une maison et des motos ont été incendiées et l’installation des élus locaux a été empêchée par des jeunes opposés au maire qui était sur le point d’être installé, a appris le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

On l’annonçait il y a quelques jours, que la bataille opposant les élus de la liste indépendante « Bouré Sanou » et ceux du RPG Arc-en-ciel commençait à faire des dégâts dans la sous-préfecture de Kintinia. La situation a dégénéré ce dimanche, 21 octobre 2018, jour de l’installation du conseil communal de la commune rurale. Malgré l’impressionnant dispositif sécuritaire mis en place par les autorités, les partisans des deux camps se sont affrontés, faisant des blessés, des dégâts matériels et empêchant l’élection de l’exécutif de la mairie.

« Quand les conseillers et la délégation sont rentrés dans la salle, le groupe opposé à l’élection du maire du RPG est venu s’introduire de force dans la salle, ils se sont jetés sur certains conseillers du RPG, blessant quelques-uns et sont sortis incendier les motos qui étaient garées dehors. Ensuite, ces mêmes jeunes sont allés attaquer la maison à étages d’un conseiller du RPG, ils l’ont pilée avant de mettre le feu sur la maison. Nous avons enregistré 10 blessés qu’on a admis au centre de santé, il y a aussi 10 motos qui ont été incendiées », a témoigné Bassi Camara, président de la Croix-Rouge de Kintinia.

De son côté, Moussa Camara, conseiller élu sous la bannière de la liste indépendante « Bouré Sanou », reconnaît les violences qui ont eu lieu. Mais, il assure que ce sont les partisans du RPG Arc-en-ciel qui sont à l’origine de tout ce qui est arrivé. Il soutient que les conseillers de la liste indépendante sont sortis le matin pour aller à la commune, mais qu’ils ont trouvé que les partisans du RPG Arc-en-ciel leur ont barré la route. « Nous sommes sortis donc, accompagnés de nos militants, pour aller à la commune.

Quand on est arrivé là où étaient rassemblés les partisans du RPG, ils ont commencé à jeter des cailloux sur nous, nos militants ont répliqué. Comme nous étions plus nombreux qu’eux, on a réussi à passer pour venir à la commune. Mais, seulement nous les conseillers qui avons pu rentrer parce que la sécurité avait bloqué nos partisans derrière. On a trouvé plus d’une centaine de jeunes du RPG venus de Siguiri dans la cour de la mairie. Ils ont bloqué le conseiller de l’UFDG et celui du PTS avec lesquels nous avons fait alliance en disant qu’ils ne vont pas rentrer dans la salle parce qu’ils avaient décidé de les remplacer eux-mêmes par des gens du RPG.

Les jeunes du RPG se sont ensuite attaqués à nous, ils nous ont frappés et ont déchiré nos habits. On nous a fait rentrer dans une chambre là-bas jusqu’à ce que la sécurité repousse les jeunes pour qu’on puisse sortir et retourner à notre siège. Arrivés au siège, nos militants ont dit qu’il faut qu’on retourne à la commune pour ne pas qu’ils fassent l’installation à notre insu. On est reparti plus nombreux, on a pris le contrôle de la commune parce qu’on était plus nombreux qu’eux. Quand ils ont pris la fuite, nos militants ont incendié leurs motos et la maison du leader du RPG qui encourageait ses partisans à nous attaquer. Donc, on a installé notre maire et on ne quittera pas la mairie », a-t-il expliqué.

Avec Guineematin

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici