Viol sur une fille de 12 ans à Porédaka : Oustaz Diogo condamné, « Oui ! J’ai une seule fois couché avec elle. Mais, elle n’a pas couru, elle n’a pas pleuré, elle n’a pas saigné… »

Victime-de-viol en Guinée
Victime-de-viol en Guinée

Un prédicateur islamique et enseignant en langue à l’école franco arabe de Soïdè-centre, dans la sous-préfecture de Porédaka, a été condamné hier, mercredi 08 Août 2018, à 3 ans de prison ferme par le tribunal de première instance de Mamou. Oustaz Ibrahima Diogo Diallo était poursuivi pour le viol d’une de ses élèves, âgée seulement de 12 ans. Des faits pour lesquels il a été reconnu coupable par le tribunal.

Cette affaire de viol remonte au mois de mars dernier. Et, elle avait suscité de l’indignation chez les habitants de la ville carrefour. Oustaz Ibrahima Diogo Diallo avait été surpris derrière les toilettes, aux environs de 22 heures, avec une de ses élèves de 12 ans, qui se trouve être aussi la jeune sœur d’une de ses trois épouses. Et, le 09 avril, Oustaz Diogo a alors été arrêté, inculpé et placé sous mandat de dépôt et conduit à la maison centrale de Mamou où il attendait son procès. Un procès qui a débuté dans la première semaine du mois de juin et au cours duquel ce père de famille avait reconnu les charges articulées à son encontre.

« Oui ! J’ai une seule fois couché avec elle. Mais, elle n’a pas couru, elle n’a pas pleuré, elle n’a pas saigné. Et, c’est ce jour-là que ma belle-mère est venue nous surprendre », avait-il déclaré entre autres à l’audience du mercredi 06 juin 2018, lors de sa première comparution devant le tribunal.

Au cours du procès, la partie civile- représentée par les parents de la victime (et belle famille de l’accusé)- avait accordé son pardon à Oustaz Ibrahima Diogo Diallo. Et, le ministère public avait requis six (6) mois de prison contre l’accusé, qui a été présenté comme courageux. « Après le pardon de la partie civile, le parquet se trouve entre le marteau et l’enclume ! Les faits ont été établis. C’est clair que l’accusé a commis le viol qui lui est reproché. Mais, compte tenu des arguments qui ont été avancés ici, le parquet est dans l’embarras. On nous a dit que depuis l’arrestation de l’accusé, les enfants de Soïdè n’ont pas étudié. Donc, pour le bien de ces enfants, et puisque l’accusé est un enseignant courageux qui accepte d’aller dans des villages très reculés pour enseigner, le parquet requiert qu’il vous plaise de condamner Oustaz Ibrahima Diogo Diallo à six mois de prison », avait requis le procureur.

Sans doute en pensant plus à la victime qu’aux considérations précitées, le tribunal est donc passé outre les réquisitions du parquet et a condamné ce mercredi, Oustaz Ibrahima Diogo Diallo à trois ans de prison ferme.

Avec Guineematin

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here