Trafic de faux lingots d’or en Guinée : un employé de la BCRG parmi trois individus épinglés par les services spéciaux

Faux lingots d’or images d’archives

Des faux ligués d’or composés de zinc, de nikel et du fer, auraient été vendus à George Valéra, citoyen français, venu en Guinée pour l’achat d’or. Ce sont environs 5 kilogrammes de, soi-disant or, vendus par des guinéens constitués en une bande de trafiquants, évoluant dans la sous-région ouest-africaine, a-t-on appris auprès des services spéciaux et crimes économiques.Du début de l’enquête. Les services spéciaux ayant été saisis par la BCRG, laquelle se serait empressée de formuler une plainte contre X, au tribunal de première instance de Kaloum. Aussi, le procureur transmettra le dossier aux services spéciaux. Et, du coup, la BCRG fait arrêter plus de 3 personnes qui seront mises à la disposition des services spéciaux. Qui vont vite déclencher les enquêtes. Il s’agit, d’un Français qui s’appellerait George Valéra, qui aurait été victime d’escroquerie, assorti de ‘’faux’’ et ‘’usage de faux’’. L’opération commencera en Gambie. Selon le rapport des services spéciaux, c’est un certain CheicK Mouraby, qui a recommandé ce Français à un nommé monsieur Bah. Arrivé chez lui en Gambie, monsieur Bah, aurait vendu au Français 5 kilos d’or avec toutes les formalités. De la découverte du faux lingots d’or depuis Doubaï. Ainsi, le Français serait parti à Doubaï avec les cinq kilos d’or achetés. L’or testé avec des spécialistes à Dubaï, il s’avérerait que c’était du faux. Il n’y avait que 2, 92% de part d’or. Le reste, c’était du cuivre, du zinc, du nikel et du fer. Le français, complètement indigné, aurait appelé monsieur Bah, son client, pour lui expliquer ce qui s’est passé. Monsieur Bah lui aurait demandé de revenir avec de l’or à Conakry. Arrivé à Conakry, monsieur Bah lui aurait proposé 10 Kilos d’or pour rattraper ses pertes. Deuxième épisode d’escroquerie avec le Français. Les deux se seraient ensuite rencontrés à Dabondy, où ils solliciteront la complicité d’un travailleur de la BCRG. Ainsi, les trafiquants et l’employé de banque, accompagnés du Français, se seraient rendus à la BCRG, pour faire croire que l’or provienne de cette banque, afin de tromper le Français. Et le tout, moyennant 10% en guise de commission pour le ‘’complice’’ de la BCRG. L’opération d’achat de 10 kilos d’or, a aurait été faite sur-le-champ. Mais, finalement, ils ne s’entendront pas sur l’expédition de l’or à Doubaï, le Français est allé se plaindre à la BCRG. D’où le démantèlement du réseau.

Affaire à suivre !

Avec Mosaiqueguinee 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here