Témoignage émouvant de Thierno Diallo, fils d’Elhadj Doura : « mon papa m’a dit : Ah bon ! Vous leur avez payé et pourtant … »

0
Thierno Diallo fils d'Elhadj Doura tué par des bandits

GUINÉE-Conakry-Le fils de l’opérateur économique guinéen tué par ses ravisseurs explique comment il a vécu cette scène surréaliste depuis plus de six mois.
Thierno Diallo, avec un moral assez bas, explique comment la famille a versé les 100.000$ et la dernière conversation avec son père.
Libreopinionguinee.com vous propose un décryptage ci-dessous « Avant de retrouver le corps de mon père, je n’acceptais pas les condoléances mais ce qui fut fait après la confirmation par les explications des kidnappeurs de mon père. On s’est transporté sur le site. Effectivement, ils ont dit que c’est là qu’ils ont enterré mon père; on l’a déterré. J’ai vu le cadavre, le cadavre n’était pas décomposé. Moi tout de suite parce que j’avais des caractéristiques, j’ai reconnu mon père. J’ai dit voilà enfin maintenant c’est mon père qui est couché là. Encore une fois, mes sentiments c’est quoi, vous savez depuis le 05 Decembre, les bandits ont dit qu’ils ont pris Elhadji Doura en espérant gagner un peu des sous « argent ». Ils ont fait tous qu’ils ont fait en espérant obtenir de l’argent. On leur a donné l’argent en espérant qu’ils allaient libérer automatiquement notre père. Mais malheureusement, c’est pas ce qui fut fait . Notre papa est décédé dans leurs mains. Maintenant c’est le médecin légiste qui va nous dire dans quelle circonstance il est décédé. S’il a été fusillé, étranglé ou maltraité.
Mon sentiment, je suis très content aujourd’hui puisque notre famille peut faire notre deuil maintenant. Comme je disais la dernière fois qu’on ne peut pas faire le deuil de quelqu’un qui est porté disparu tant qu’on n’a pas retrouvé son cadavre.
J’ai toujours souhaité que mon papa soit là. C’est vrai que mon père était âgé, mais on n’avait plein des projets ensemble même si mon père allait mourir, je n’ai pas aimé que ça soit dans cette circonstance là… »

Sur les 100.000$ Thierno explique

« Dès le 05 décembre, ils ont kidnappé mon père vers 05h du matin. Vers 09h, ils m’ont contacté pour payer leur rançon automatiquement. J’étais dans le bureau de la police, tout de suite on s’est transporté chez l’autorité qui gère les téléphonies mobiles et les ravisseurs continuaient toujours à me parler (vous payez 100.000 dollars, on libère votre père automatiquement). Il y avait des précédents, vous allez vous poser mille et une question, vous faites ce qu’ils disent. Est-ce qu’ils vont libérer votre père ? Il y’a toutes ces questions là qui se posent dans ta tête. Après, on n’a décidé de payer l’argent en espérant qu’il allait libérer notre père. « Nous sommes tous des musulmans. Si tu cherches de l’argent, c’est pour sauver ta vie. Même si tu as de l’argent, quelqu’un vient pour te prendre ta vie à cause de l’argent, tu vas lui donner l’argent pour sauver ta vie.
Après le versement de 100.000 dollars, à notre grande surprise, ils nous rappellent encore le lendemain matin pour nous dire de payer encore de l’argent. Donc ils sont rentrés dans des marchandages jusqu’à ce que le papa est décédé. Comme moi, j’avais exigé que si je devais encore payer de l’argent, il fallait que je parle avec mon père. Malheureusement, il ne pouvait pas me donner mon père puisqu’il était décédé

Conversation téléphonique entre Thierno et son père

« Dès le premier jour, j’ai parlé avec mon père. Toute la semaine, à chaque fois qu’il m’appelait, j’exigeais de parler avec mon père. Mon père avait une voix grave. Je demandais à mon père est-ce qu’ils t’ont maltraité, il me disait non. Il me disait, donner les ce qu’il veulent pour ne pas attenter à ma vie. « Je me souviens la dernière fois que j’ai parlé à mon père, il ne savait pas qu’on leur avait payé les 100.000 dollars. Mon père me dit : Thierno il faut leur donner ce qu’il demandent pour me sortir de là. « J’ai dit à mon père, ils t’ont pas dit qu’on leur a déjà payés le montant qu’il demandent ? Mon papa m’a dit : Ah bon ! vous leur avait payé et pourtant, ils m’ont dit que vous leur avait rien payé. « Le jour là même, mon père m’a dit je te remercie Thierno que Dieu te bénisse… »

Un décryptage de Macka Baldé

Libreopinionguinee.com vous propose l’intégralité du témoignage de Thierno Diallo en audio ci-dessous

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici