Rumeurs de démission de Sidya Touré: ce qui s’est réellement passé

Sdya Touré de l'ufr
Sdya Touré de l'ufr

Depuis 72 heures, les  rumeurs annonçant une éventuelle démission de Sidya Touré, président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), de son poste de Haut Représentant du chef de l’Etat, circulent comme une trainée de poudre à Conakry. Selon un proche du président de l’UFR, cette décision n’émane ni du bureau exécutif du parti ni dudit président, mais plutôt d’un des groupes de jeunes militants notamment ceux de la Commune de Matam.

 En effet, ces jeunes avaient récemment manifesté au siège national du parti à Matam, empêchant la tenue de l’assemblée générale pour exprimer leur mécontentement face à l’irresponsabilité de certains de leurs responsables, mais surtout contre les fraudes massives dont l’UFR a été victime de la part de l’administration contrôlée par le parti au pouvoir lors des dernières élections communales. Ces jeunes sont allés jusqu’à demander la restructuration des structures du parti pour mieux affronter les prochaines échéances électorales.

Si Sidya Touré ne s’est pas publiquement exprimé sur la question, notre interlocuteur indique que, pour joindre l’acte à la parole, ces jeunes gens, se sentant trahis par le parti au pouvoir qui a été un allié par endroits lors des élections, multiplient la pression sur la direction du parti afin de changer sa position vis-à-vis du pouvoir en place. De la menace de sortir dans la rue, ils vont jusqu’à demander la démission du président du parti du poste de Haut Représentant du chef de l’Etat.

Aux dernières nouvelles, Sidya Touré a tenté de calmer ces jeunes militants en attendant, dit-on, « de meilleurs jours ».

Faut-il rappeler, présidant l’assemblée générale du parti le week-end dernier, le président de l’UFR avait lancé un avertissement clair et menacé de reprendre la rue si les mêmes fraudes constatées lors ces dernières communales se répétaient aux prochaines législatives: «Nous avons les élections législatives en vue. C’est nous qui avons décidé en 2013 d’arrêter les manifestations. En 2015 nous avons souhaité calmer le débat pour aller de l’avant. Mais à l’époque, nous ne savions pas que l’arsenal de l’administration était dirigé contre nous. Alors nous sommes en train de restructurer le parti pour les élections législatives. Je vais lancer un avertissement. Si  nous constatons que ces élections se déroulent dans les mêmes conditions que ce qu’on a connu à ces communales, nous retournerons dans la rue. Il faut que ce soit clair pour tout le monde. La restructuration que nous sommes en train de faire, c’est pour préparer le parti  à être beaucoup plus implanté. Les élections législatives, c’est cette année. Nous allons examiner si cette CENI continue, nous allons examiner si l’administration a encore les yeux tournés vers nous pour la fraude, le travail que j’ai fait il y a deux semaines pour calmer les jeunes, il n’y aura plus ça », avait lancé Sidya Touré.

Il faut enfin souligner qu’en dépit de nos insistantes sollicitations auprès de lui, le principal intéressé, Sidya Touré n’a jamais voulu personnellement faire de commentaire sur ces informations relatives à cette prétendue démission

Guinenews

3K Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here