Répression en Guinée : Les signes de la fin sont perceptibles…!

La Guinée vit sous la hantise et le pouvoir se radicalise chaque jour davantage, comme du temps de la révolution sans nom. L’on a la triste impression que si le pouvoir Condé était venu Vingt ans plus tôt, il aurait eu beaucoup plus de chance à pouvoir changer la Guinée. Aujourd’hui, malheureusement, l’homme est au crépuscule d’une vie qui s’est couronnée par un pouvoir difficile à dompter, du fait même que les intentions d’hier ont cédé la place aux inquiétudes et aux doutes inhérents à toute vie qui s’achève sur un lit doré. Les rêves du petit matin sont vite abandonnés au profit d’autres ambitions moins productives, hier c’était la Guinée, aujourd’hui, ce sont les proches, les opportunistes, les mêmes qui étaient là quand, au déclin de son règne, le président Conté était partagé entre la hantise d’une maladie qui l’éloignait du pouvoir et la peur de laisser sa famille dans une position émouvante. A plus de 70 ans, les rêves d’un homme, fût-il  »empereur » de son état, ne sont plus comme ceux d’un adulte frais et ambitieux, vif et ouvert aux conseils et aux initiatives. A cet âge, l’illusion d’avoir tout su, tout vu et tout compris, est une bien mauvaise recette. C’est comme un Bourguiba qui, sous le poids de l’âge, distribuait des taloches à ses Conseillers, en insultait et en congédiait. La Guinée a besoin de se réconcilier avec elle-même, la hache de guerre ne s’enterre pas dans la tête, pour un rien l’on la déterrerait et la brandirait, même contre parfois ses intérêts.

La Guinée va-t-elle perdre le rendez-vous de son changement ? En tout cas, il s’est avéré que ce qui compte pour Alpha, c’est Alpha d’abord. Le peuple peut toujours prendre son mal en patience, il l’aura voulu.

Par Tob Balde

ce contenue n’engage pas libreopinionguinee

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here