Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Ratoma : Oumou Sabana Sow, mère de 4 enfants, expulsée du domicile de son mari à Lambanyi

Oumou Sabana Sow, mère de 4 enfants, a été expulsé de son domicile dans la matinée de ce jeudi, 5 janvier 2023, à Lambanyi Wariyah, dans la commune de Ratoma. Des gendarmes, agissant au nom de son mari, avec qui elle est mauvais terme, y ont fait irruption, avant d’embarquer ses biens. Des proches de son mari s’en sont pris aux journalistes qui voulaient en savoir davantage, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon nos informations, la jeune dame habite dans ce quartier depuis son mariage en 2007 avec son Thierno Mamoudou Barry. Un mariage que dénoncerait ce dernier. Oumou Sabana Sow et ses 4 enfants ont été sortis du bâtiment à étage aux environs de 9 h. La famille a été accueillie au dehors par les pleurs de plusieurs voisines qui s’y sont regroupées. En larmes, elle a expliqué. « On s’est mariés en 2007, alors que je n’avais que 14 ans à ce moment. Je lui ai demandé à propos des papiers du mariage, mais il a dit que j’étais petite à l’époque. D’attendre jusqu’à ce que j’ai 18 ans. On est resté ensemble de 2007 à 2020, il n’y avait aucun problème entre nous. Mais il se trouve qu’il a épousé une femme blanche, je ne le savais pas, ma famille non plus. Depuis 2020, il a décidé que sa femme blanche doit venir ici. C’est là que lui et son frère ont commencé à me créer des problèmes parce que je n’ai pas d’acte de mariage avec lui. Ils sont allés en justice pour faire une plainte contre moi », a-t-elle expliqué avant de fondre en larmes.

Il a fallu à la mère de famille une trentaine de secondes pour se reprendre et poursuivre sa narration. « Ce matin, j’étais en train de faire du café pour mes enfants quand ils ont toqué à la porte. Je suis allé voir, mais j’ai vu que ce sont des hommes en tenue. Ils m’ont demandé de plier bagages et de sortir. Je leur ai demandé sur quelle base ; ils ont dit que c’est la justice qui les envois. J’ai pourtant un avocat et huissier, mais personne d’entre eux n’a été prévenu. Je leur ai alors demandé au moins d’attendre que je rassemble mes bagages qui sont dans la chambre, parce que ce sont mes habits et les affaires de mes enfants ; mais ils n’ont pas accepté. Ils ont tout pris et embarqué dans un camion. Thierno Mamoudou Barry a deux autres femmes avec plus d’une dizaine d’enfants, mais il n’a pas pensé à tout ça. Il m’a fait ceci, je m’en remets à la sagesse de Dieu ».

Oumou Sabana Sow accuse son époux de l’avoir abandonné avec ses 4 enfants depuis 2020, sans ressources. « J’ai eu 4 enfants pour lui : l’aîné à 14 ans ; le 2ème a 12 ans ; le troisième, 9 ans ; et le dernier a 4 ans. Depuis tout ce temps, c’est moi qui suis resté avec les enfants. Lui, il est en Suisse mais il fait des va-et-vient. Mais je ne sais pas ce qui est entré entre eux là-bas et qui est arrivé jusqu’à mon niveau. Ils ont fait une plainte contre moi en 2020 pour me demander de sortir de la maison sur ordre de mon mari et de son frère. Ils disent qu’on s’est rencontrés comme ça, que c’est le concubinage qu’il y a entre nous, comme il n’y a pas un acte de mariage entre nous. En ce qui concerne les enfants, il a dit reconnaître les 3, mais que l’autre n’est pas son fils. Or, c’est lui qui qui a fait leurs baptêmes. Depuis lors, il a coupé la dépense. Durant 2 ans, il n’a pas envoyé la dépense. Ce sont mes frères qui m’ont dépensé jusqu’à 2022. Ce n’est qu’au début de 2022 qu’il a recommencé à envoyer la dépense. Pendant deux ans, ce sont mes frères qui ont payé la scolarité de mes enfants. Ça aussi, il a recommencé à payer l’année qui vient de se terminer. Depuis ce temps-là, il envoie la dépense quand il veut, ce qu’il veut. Mais on ne se parle plus au téléphone, il n’a rien à faire avec les enfants. Il est venu depuis le 17 décembre 2022, il ne regarde plus les enfants, il ne s’intéresse pas à eux, il ne s’approche plus d’eux », dit-elle.

Comme si cela ne suffisait pas, la dame dit que son mari a annoncé son renvoi définitif. « Il a appelé mes parents pour leur dire qu’on a divorcé parce qu’on était en concubinage. D’accord, mais les enfants qu’il y a entre nous, ce sont ses enfants. Si possible, je lui demande de faire un test ADN pour qu’il soit rassuré que ce sont ses enfants, même celui dont il rejette la paternité ».

Notre reporter n’a pas pu avoir la version de Thierno Mamoudou Barry puisque les gendarmes déployés sur les lieux l’ont empêché d’avoir accès au domicile. Mais son frère s’en est vivement pris aux journalistes, en les insultant notamment.

Libreopinionguinee avec Guineematin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.