A LA UNEANALYSEPOLITIQUE

Pourquoi Cellou Dalein Diallo a accepté enfin de se porter candidat à la présidentielle du 18 octobre 2020?

Cette question vaut son pesant d’or ! Car, on peut y trouver de multiples raisons.
En effet, l’UFDG, autour d’un conseil national ce dimanche dernier, a décidé d’investir à nouveau son président, Cellou Dalein Diallo, comme le candidat du parti à la présidentielle. Un acte, qui n’est pas du tout fortuit, pris après toute une journée de discussion à leur siège et malgré sa chance très minime pour gagner cette échéance électorale liée à beaucoup de facteurs, le parti a décidé d’aller aux élections pour avoir le
Droit de contestation, c’est-à-dire pouvoir légitimer toutes les violences qui pourraient en découler à cette élection présidentielle.
D’ailleurs au cours de la convention de l’UFDG, certains congressistes tels que Cellou Dalein Diallo, qui était habillé en tenue militaire, auraient misé sur des violences en prenant à titre d’exemple les récents remous à Kankan, un fief du parti au pouvoir, et en forêt précisément à Macenta qui leur donnent de l’appétit et en faisant espérer leurs militants que le parti au pouvoir est plus que jamais décrié dans ses fiefs traditionnels et sur ce, ils peuvent tenter de durcir des violences pendant cette élection partout où ils pourront dans le pays. Sachant qu’en étant hors de la course comme lors des législatives dernières, il est pratiquement impossible de descendre dans la rue pour des contestations et ou des protestations contre les résultats des élections qu’on n’a pas participées.
Conscients de cette logique, ils (Cellou et son parti) ont décidé cette fois ci d’aller à ces élections présidentielles du 18 octobre prochain, pour selon eux, favoriser la prise du pouvoir par les militaires.
Ils sont prêts à faire tout pendant ces élections.
Mais malheureusement, ils oublient une chose, c’est que le parti au pouvoir, le RPG arc-en-ciel avec ses militants aussi déterminés, est vent debout pour assurer avant, pendant et après la victoire de son candidat au soir du 18 octobre.
Cette participation de l’UFDG n’a rien à voir avec la victoire du parti, mais c’est d’avoir le droit de créer des violences pour tenter de plonger le pays dans une nouvelle transition militaire. C’est simplement l’objectif recherché par Monsieur Cellou Dalein Diallo et ses sbires de l’UFDG.
Par Ibrahima Kallo, militant du RPG arc-en-ciel

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page