Ousmane Gaoual Diallo dans le « collimateur » de deux ministres, son « immunité parlementaire » en jeu…

Ousmane Gaoual Diallo ufdg

Les ennuis judiciaires, le député Ousmane Diallo n’en a pas fini avec ! Selon nos informations, le conseiller personnel du chef de file de l’opposition guinéenne serait dans de salles drapes pour avoir diffamé et accusé deux ministres de la République. Pour le trimbaler en justice, une demande de la levée de son immunité parlementaire a été introduite ces derniers jours au parlement guinéen, nous apprend-t-on de source fiable.

Ils sont presque tous informés de la nouvelle. Les leaders de l’Opposition Républicaine ont déjà été informés par rapport à cette procédure qui est en cours. Procédure visant à traduire très facilement l’opposant conformément à l’article 65 de la constitution guinéenne qui stipule que :

« Aucun membre de l’Assemblée nationale ne peut être poursuivi, recherché, arrêté détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou des votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions de député. Aucun député ne peut, pendant la durée des sessions, être poursuivi ou arrêté, en matière pénale, qu’avec l’autorisation de l’Assemblée nationale, sauf en cas de flagrant délit. Aucun député ne peut, hors session être arrêté ou détenu qu’avec l’autorisation du bureau de l’Assemblée nationale, sauf en cas de flagrant délit, de poursuites autorisées par l’Assemblée nationale ou de condamnation définitive. La détention préventive ou la poursuite d’un député est suspendu si l’Assemblée nationale le requiert », peut-on lire dans une colonne de la constitution guinéenne.

Un acteur clé de l’opposition, a confié à notre rédaction cette semaine que Cellou Dalein Diallo et compagnies sont déjà informés qu’une lettre serait au parlement demandant la levée de l’immunité parlementaire du député uninominal de la circonscription électorale de Gaoual.

Lors de la dernière réunion des adversaires politiques d’Alpha Condé, les opposants avaient dénoncé une instrumentalisation de la justice contre certains militants et responsables de leur ligne politique. Pour Cellou Dalein et Cie, les ministres guinéens jouissent de l’impunité totale ‘’parce que tout simplement le pays ne détient toujours pas une haute cour de justice’’.

« C’est pour toutes ces raisons, que l’opposition a décidé de réagir énergétiquement contre cette instrumentalisation de la justice qui vise les militants et responsables de l’opposition, des syndicalistes et de la société civile », lançait l’opposant Alhousseine Makanéra Kaké, au cours d’une plénière de l’opposition.

A suivre…

Moustapha CONDE

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here