Me Béa sur le dossier Moussa Yéro Bah : « Tout ce qu’on lui reproche c’est faux et archi faux, rien n’est prouvé »

l'avocat Me salifou béavogui sur le procès Moussa Yero Bah journaliste

Comme prévu dans l’article 460 du code de procédure pénale, le dossier opposant la journaliste Moussa Yéro Bah à Mamadou Oury Baldé est ouvert ce jeudi 27 septembre au tribunal de première instance de Dixinn. L’audience de cette journée était consacrée à la fixation de la caution, la partie civile a proposé 500 mille GNF, le ministère public 5 millions, et la défense a proposé 50 millions en raison des activités de la partie civile et des menaces qu’il n’a cessé de proférer. Finalement, le tribunal a fixé le montant à un million de francs guinéens.

Maitre Pépé Antoine Lamah avocat de la partie civile prend acte de la décision du tribunal en ces termes « cette procédure comporte deux particularités, la première c’est une situation directement liée à M. Mamadou Oury Baldé ce qui veut dire que c’est lui a qui prit le soin de mettre en mouvement l’action publique, en conséquence il doit s’acquitter du montant de consignation. Ce montant a été fixé par le tribunal et nous prenons acte de cette décision et nous allons nous acquitter les jours à venir. La seconde particularité, c’est un délit de presse, caractérisé par une procédure spéciale » explique-t-il.
Poursuivant, l’avocat a déploré le mouvement de protestation qui a eu lieu ce jeudi devant le tribunal « Ce que je déplore du côté de la prévenue, on ne se défend pas dans la rue. Le combat judiciaire c’est prétoire, ce n’est pas à travers des manifestations. Si elle estime que c’est à tort qu’elle a été citée, c’est devant le prétoire qu’elle doit venir se défendre » dit-il.
Du côté de la défense, Maitre Salifou Béavogui promet de défendre Moussa Yéro Bah, car elle est innocente dans ce dossier « Tout ce qu’on lui reproche c’est faux et archi faux, rien n’est prouvé. Dans tous les ouvrages de droit, la caution est fixée en fonction du revenu de la partie civile. C’est un économiste qui a saisi le tribunal quand même, mais le tribunal a fixé la caution à un million et a renvoyé le dossier au 04 octobre. Mme Moussa Yéro Bah est innocente et nous allons le démontrer » promet-il.
Pour rappel, Diaraye Baldé une jeune fille qui était enceinte de six mois et séquestrée à la maison centrale aurait été victime de viol par son oncle Mamadou Oury Diallo qui est l’auteur de sa grossesse. Etant une activiste des droits de la femme Moussa Yéro Bah a dénoncé cet acte, du coup, l’oncle a saisi la journaliste pour diffamation. Le rendez-vous est donc pris le 04 octobre prochain au tribunal de première instance de Dixinn.

Libreopinionguinee avec Kalenews

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here