«L’objectif principal de la réunion prévue ce lundi, est de « renforcer l’unité d’action de l’opposition »

Exposée à toutes les manœuvres de la part du pouvoir, l’opposition guinéenne tente de retrouver son unité d’action. Une réunion est prévue à cet effet ce lundi au quartier général de l’union des forces républicaines (UFR) de l’ancien Premier ministre Sidya Touré.

En dépit du caractère inclusif qui lui est voulu par les initiateurs, cette réunion intervient dans un contexte plutôt difficile. Pour rappel, la dernière lettre du front national pour la défense de la constitution (FNDC) adressée au Premier ministre en réaction à l’agenda des consultations incluant certains de ses membres, n’est pas du goût de tous.

Joint au téléphone par Guineenews, Dr Ibrahima Sory Diallo de l’ADC (alliance démocratique pour le changement), parti membre du bloc de l’opposition constructive (BOC) ne cache pas sa désapprobation. Parmi les plus actifs ces derniers temps au sein de l’opposition républicaine réunie au tour du chef de file de l’opposition, Dr Diallo n’entend pas se laisser faire. Pour lui, les partis politiques ne doivent pas laisser le débat politique à Abdouramane Sano. Même si ce dernier est coordinateur du front national pour la défense de la constitution (FNDC). « Le Front (ndlr FNDC) n’est pas invité, c’est nous qui sommes invités », raisonne-t-il.

En se rendant à la réunion de demain, le président de l’ADC n’exclut pas les résultats allant dans le sens voulu par « les grands partis » notamment l’union des forces démocratiques de Guinée (ufdg). Joint également au téléphone, Ousmane Gaoual Diallo, député et coordinateur de la Cellule de communication du principal parti de l’opposition actuelle, déclare que l’objectif principal de la réunion prévue ce lundi, est de « renforcer l’unité d’action de l’opposition ».

Mais pour en arriver là, il faudrait faire des sacrifices. Du côté du Boc par exemple, il y a au moins une attente et pas des moindres : « reprendre le courrier, changer la forme et faire signer par les partis politiques » en lieu place du coordinateur du FNDC.

Une sorte de désaveu à Abdouramane Sano qui n’est pas sans risque non plus. Notamment, celui de frustrer le coordinateur et fragiliser le FNDC qui a jusque-là fédéré une bonne partie des forces sociopolitiques déterminées à barrer la route à un éventuel tripatouillage constitutionnel.

Rabattre toutes les activités sur le FNDC « est une faute politique » insiste l’opposant frustré. Les questions politiques telles que « l’implantation des recommandations de l’audit du fichier électoral » et « le recrutement d’un opérateur technique » sont à débattre au sein de l’opposition et non au FNDC qui n’est intéressé que par le projet de changement constitutionnel, argumente-t-il. Avant d’ajouter que l’installation des responsables des quartiers et des conseillers régionaux est aussi « strictement politique ».

Autre préoccupation aux yeux de notre interlocuteur, pour qui la réunion élargie de l’opposition paraît du moins précipitée, « les problèmes dans l’opposition républicaines, devraient se résoudre là d’abord » avant d’aller à l’opposition globale. Une entité élargie où certains responsables comme Boubacar Siddighi Diallo de l’UMP ont déjà marqué publiquement leur intention de prendre part aux consultations menées par le Premier ministre.

Des problèmes sans doute non exhaustifs mais visiblement évocateurs « des risques majeurs » encourus par les opposants au régime Condé qui ont encore besoin de rester unis dans leur combat politique. Même si, d’avance, le président de l’ADC et coordinateur du BOC donne indirectement raison au député Ousmane Gaoual d’être optimiste quant à un possible terrain d’entente, en « excluant » toute migration vers la mouvance présidentielle avant la présidentielle.

Source : Guineenews

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here