«Le père de Steve Jobs était un réfugié syrien» : quand Macron prend des libertés avec la réalité

Emmanuel Macron au Nigéria
Emmanuel Macron au Nigéria

Pour inciter les Nigérians à avoir confiance en eux, Emmanuel Macron a jugé opportun de convoquer l’exemple de Steve Jobs, n’hésitant pas à présenter le père du fondateur d’Apple comme un réfugié syrien – ce qu’il n’était absolument pas.

Les impératifs du discours politique, dont l’une des qualités premières réside dans sa faculté à saisir opportunément le ton du moment, poussent parfois les hommes politiques à des contorsions bien étonnantes. Pour étayer leurs propos, il arrive que certains d’entre eux substituent aux arguments et aux faits des images ou des exemples, quitte à les déformer pour s’assurer de leur conformité avec la démonstration qu’ils entendent mener à bien.

Emmanuel Macron a livré, le 4 juillet dernier, une remarquable performance du genre. Alors qu’il se trouvait au Nigéria, le chef de l’Etat a eu l’occasion de multiplier les exercices de communication dont la magie, si elle ne semble pas avoir d’effets sur sa cote de popularité auprès des Français, continue bel et bien d’opérer sur les journalistes. A titre d’exemple, Le Monde est séduit par ce dirigeant qui «imprime sa marque jeune et décomplexée» – Emmanuel Macron s’est en effet rendu dans une salle de concert réputée.

Parmi ces messages délivrés plus ou moins subtilement, l’un d’entre eux n’est pas passé inaperçu. Incitant les Nigérians à prendre confiance en eux tel un coach de vie en mission, Emmanuel Macron a en effet tweeté le texte suivant, en anglais : «Le père de Steve Jobs était un réfugié syrien. Il semblerait que la nationalité n’a rien à voir avec la capacité à réussir. Si vous croyez qu’être Nigérian vous empêchera de réussir, alors vous ne réussirez pas. Si vous vous battez et que vous réussissez, vous deviendrez un modèle !»

Emmanuel Macron

@EmmanuelMacron

Steve Jobs’ father was a Syrian refugee. It would seem that nationality has nothing to do with the ability to succeed. If you think that being an Nigerian means you can’t succeed then you won’t. If you fight and you do succeed you will be a role model!

Outre qu’il recycle un leitmotiv éculé et tout droit sorti des Etats-Unis des années 1990 («Quand on veut, on peut !»), et abstraction faite de la figure de Steve Jobs convoquée comme modèle absolu de réussite, ce tweet prend de grandes libertés avec les faits. On comprend certes que le président veuille surfer sur la vague de l’actualité, mais qualifier le père du fondateur d’Apple de «réfugié syrien» a quelque chose de fallacieux et peut-être même de cynique.

Abdul Fattah Jandali, le père de Steve Jobs, est né en 1931 à Homs, alors en Syrie mandataire. Selon sa biographie autorisée, écrite par Walter Isaacson, il a grandi au sein d’une famille particulièrement aisée de propriétaires terriens et immobiliers. Après avoir étudié à l’Université américaine de Beyrouth, il s’est installé aux Etats-Unis pour y poursuivre ses études dans le Wisconsin. Rien dans son parcours n’autorise à le comparer à un «réfugié syrien» fuyant, dans les années 2011-2017, les affres de la guerre et les massacres des djihadistes…

Il convient en outre de noter que, suivant la logique du discours d’Emmanuel Macron, les origines du père de Steve Jobs sont supposées avoir été un désavantage initial dans la carrière de son fils qu’il aurait malgré tout surmonté en redoublant d’efforts. Or, Steve Jobs n’a jamais connu son père biologique étant enfant, celui-ci l’ayant fait adopter. L’influence sur l’homme d’affaire de ses origines syriennes a donc bel et bien été insignifiante, rendant le tweet d’Emmanuel Macron encore plus absurde…

Source :francais.rt.com

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here