Nicolas Sarkozy en garde à vue
Nicolas Sarkozy en garde à vue

hier matin mis en garde à vue à Nanterre et est entendu dans le supposé « financement de sa campagne présidentielle de 2007 » par le guide libyen, Mouammar Kadhafi. Il est soupçonné avoir reçu environ 50 millions d’euros par l’intermédiaire de Ziad Takieddine.

Après cinq ans d’investigation, c’est la première fois qu’il est entendu dans ce dossier. Mais aujourd’hui, l’enquête sur le financement présumé de sa campagne de 2007 par le régime libyen s’est accélérée. Et après cinq ans d’investigations, les juges d’instruction Serge Tournaire, Aude Buresi et Clément Herbo semblent eux aussi considérer que les propos de l’ancien intermédiaire, en dépit de ses versions successives, ne sont pas forcément si farfelus. Comme l’ont révélé Mediapart et le Monde, Nicolas Sarkozy a été placé mardi matin en garde à vue dans les locaux de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, à Nanterre.

A l’issue d’une garde à vue susceptible de durer quarante-huit heures, il pourrait être présenté aux juges en vue d’une mise en examen. Son ancien ministre et ami Brice Hortefeux a été entendu de son côté en audition libre par la police – car protégé ponctuellement par son immunité de député européen. L’enquête, tentaculaire, vise des faits de «corruption active et passive», «trafic d’influence», «détournement de fonds publics», «abus de biens sociaux», «faux et usage de faux», «blanchiment de fraude fiscale» et recel. A défaut d’avoir identifié formellement un versement en provenance de Libye, les enquêteurs ont mis en lumière des flux de cash en marge de la campagne de 2007. «De nouvelles qualifications pourraient être retenues au regard des circulations d’espèces et de charges non intégrées dans les comptes de campagne de la présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy».

Cette leçon de vie, pourrait bien intéressée nos dirigeants, en ligne de mire, le président de la république de Guinée, le professeur Alpha Condé. Il faut qu’il comprenne que la roue tourne et rien ne restera impuni sur cette terre. Aujourd’hui, c’est Sarkozy. Demain, il pourrait aussi être concerné car sous sa gouvernance, Dieu seul sait, combien des malversations financières, des faits de corruption, des détournements publics, des blanchiments d’argent…, ont ponctués son régime.

Une leçon de vie à méditer !

Tob Balde

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here