Dans notre série de lettres d’écrivains africains, la romancière nigériane Adaobi Tricia Nwaubani revient sur les relations tendues de son pays avec l’Afrique du Sud en raison des attaques xénophobes.

L’animosité entre les deux superpuissances africaines – le Nigeria et l’Afrique du Sud – s’est intensifiée ces dernières semaines, avec un groupe d’étudiants nigérians influents exigeant que toutes les entreprises sud-africaines quittent l’Afrique de l’Ouest.

L’Association nationale des étudiants nigérians (Nans) – qui représente les étudiants sur les campus à travers le pays – a planté des piqués devant les locaux des branches du géant sud-africain des télécommunications MTN, et celles de la chaîne de supermarchés Shoprite, bloquant l’accès du personnel et des clients.

Ces protestations ont été déclenchées par la mort d’une Nigériane qui aurait été étranglée dans sa chambre d’hôtel lors d’une visite dans la ville sud-africaine de Johannesburg.

Elizabeth Ndubuisi-Chukwu est la dernière Nigériane à mourir en Afrique du Sud dans des circonstances apparemment violentes.

Lire aussi: ‘Mandela en larmes’: le message touchant d’un peintre sénégalais

Les meurtres doivent cesser

Une autopsie a révélé qu’elle était morte de « causes non naturelles comparables à une strangulation « , mais les responsables affirment que les images de vidéosurveillance montrent que personne n’est entré dans sa chambre.

La police enquête toujours.

Les médias nigérians semblent rapporter au moins un incident de ce genre chaque mois, et de nombreux organes d’information utilisent le même titre révélateur : « Un autre Nigérian tué en Afrique du Sud. »

Threats, attacks and killings against foreigners in South Africa

Source: Xenowatch, African Centre for Migration & Society

Alors que les articles des médias locaux suggèrent que 800 000 Nigérians vivent en Afrique du Sud, les rapports officiels sud-africains indiquent que ce nombre est d’environ 30 000.

Il n’est pas clair si les données officielles incluent les sans-papiers.

« Nous avons assez affronté…. Ces meurtres doivent cesser « , a déclaré Ahmed Lawan, le chef de l’Assemblée législative du Nigeria.

« Le gouvernement sud-africain doit faire tout ce qu’il faut pour protéger la vie et les biens des Nigérians qui y vivent. »

La police a arrêté plus de 650 ressortissants étrangers – y compris des commerçants dont les marchandises ont été saisies – à Johannesburg au début du mois.

Un tribunal a ordonné que 489 d’entre eux soient expulsés dans les 30 jours, parce qu’ils n’étaient pas légalement en Afrique du Sud.

Lire aussi: Ramaphosa condamne les attaques xénophobes

People look at a burnt-out car torched in the early hours outside the Jeppies Hostles, in the Jeppestown area of Johannesburg, on 17 April 2015Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLes autorités sud africaines parlent souvent de la flambée de violences et non du racisme et de la xénophobie

Au cours d’un débat parlementaire, les législateurs nigérians ont suggéré que le ministère des Affaires étrangères émette désormais des alertes aux Nigérians qui prévoient de se rendre en Afrique du Sud.

Une assistante présidentielle, Abike Dabiri-Erewa, a rencontré le Haut Commissaire adjoint de l’Afrique du Sud au Nigeria, Bobby Moroe, et a demandé une enquête sur la mort de Mme Ndubuisi-Chukwu.

M. Moroe a également été invité à rencontrer M. Lawan, qui a exprimé la préoccupation du gouvernement sud-africain face à cette situation.

« Au nom du gouvernement sud-africain, nous exprimons nos sincères condoléances », a déclaré M. Moroe.

BBC
We hear that South Africans detest Nigerians because they believe we are criminals, are too loud, and our men steal their women »

Adaobi Tricia Nwaubani 
Journalist

Presentational white space

Selon les données officielles de l’ONU, environ quatre millions d’immigrants vivent en Afrique du Sud, bien que certains contestent l’exactitude de ce chiffre.

L’Afrique du Sud a une histoire d’attaques xénophobes perpétrées par des Noirs qui accusent les citoyens d’autres pays africains, ainsi que des pays asiatiques, de venir voler leur emploi.

La vague d’attaques xénophobes qui a balayé l’Afrique du Sud en 2008 a fait au moins 62 morts.

Les incidents qui ont suivi, en particulier en 2015, ont déplacé des milliers de migrants africains et entraîné le pillage à grande échelle de leurs magasins et autres commerces.

Nous entendons dire que les Sud-Africains détestent les Nigérians parce qu’ils croient que nous sommes des criminels, que nous sommes trop bruyants et que nos hommes volent leurs femmes.

« Ils sont arrogants et ne savent pas comment parler aux gens, en particulier les Nigérians « , ont écrit des manifestants sud-africains dans une pétition adressée à leur ministère de l’intérieur lors d’une marche anti-immigration dans la capitale, Pretoria, en 2017.

Les Nigérians, par contre, croient que les Sud-Africains sont tout simplement jaloux de nous.

De notre confiance en nous-mêmes, et de notre capacité à prospérer et à surpasser.

La tension entre les deux nations rappelle un proverbe dans la langue igbo à propos d’un homme qui dépose ses vêtements au bord de la rivière en se baignant à poil : un fou nu arrive, prend les vêtements et s’enfuit.

Désespéré de récupérer ses vêtements, l’autre homme saute de la rivière nu et court après le fou.

Deux hommes nus courant dans les rues – qui est donc le fou ?

Lire aussi: Le chômage alimente la xénophobie en Afrique du Sud

Les présidents discuteront de la crise

Les Nigérians n’ont rien à gagner à se laisser entraîner dans la xénophobie.

Bien que les intentions du groupe étudiant soient nobles, il n’a probablement pas tenu compte des milliers de Nigérians employés par MTN, Shoprite, MultiChoice, et les nombreuses autres entreprises sud-africaines qui sont des noms connus au Nigeria.

Nigerian students shout slogans against South Africa as they protest outside the South African Digital Satellite TV's (DSTV) Nigerian headquarters in Abuja against the recent spike in attacks targeting foreign nationals in South Africa on February 23, 2017Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionDes étudiants nigérian ont pris pour cibles des entreprises sud-africaines

Forcer ces entreprises à partir, ou paralyser leurs activités, ne ferait qu’aggraver les statistiques déjà sombres du chômage au Nigeria et la perte des précieux services qu’elles fournissent laisserait un vide.

Mme Dabiri-Erewa a déclaré aux étudiants qui voulaient chasser les entreprises sud-africaines qu’elle encourageait à faire preuve de retenue dans l’attente du résultat de l’intervention diplomatique : « S’il vous plaît, soyez patients ».

Selon le gouvernement nigérian, les dirigeants des deux pays doivent se réunir en octobre en Afrique du Sud.

Le président nigérian Muhammadu Buhari et son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa discuteront, entre autres, des « questions relatives au bien-être des citoyens », selon le gouvernement.

Les Nigérians ont répondu à la nouvelle avec beaucoup d’espoir – que le président Buhari saisira l’occasion d’exiger des mesures concrètes de la part de l’Afrique du Sud pour dissuader ses citoyens d’attaquer les Nigérians à volonté.

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here