Le procès des membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FINDC) s’est ouvert ce mardi 7 mai 2019 au Tribunal correctionnel de Kindia. Opposés au projet de 3ème mandat, ces sept guinéens ont été mis aux arrêts en marge de la réception du président Alpha Condé à Kindia, le samedi 04 mai. Sept opposants au 3ème mandat ou à une modification de la Constitution sont en ce moment (12 h) à la barre du tribunal de première instance de Kindia. Ces compagnons d’infortune sont poursuivis pour entrave au droit de manifester et trouble à l’ordre public. Ils ont été mis aux arrêts en marge de la visite du président Alpha Condé à Kindia où les promoteurs d’une nouvelle Constitution s’étaient donnés rendez-vous.

Les 7 prévenus dans ce dossier politico-judiciaire sont : Thierno Mamadou Diallo, Amadou Soumah, Mamadou Cellou Diallo, Mohamed Keita, Mohamed Camara, Boubacar Barry et Mohamed Sylla.

Ce procès, qui se déroule sous haute surveillance de la police et de la gendarmerie, est la suite d’une série entamée il y a quelques temps. A Coyah, pour les mêmes raisons, des anti 3ème mandat ont été jugés et relaxés pour délit non constitué. A Mafanco, un militant de l’UFR est entrain d’être jugé dans le même cadre des manifestations contre le mandat à vie pour Alpha Condé.

A Kindia, on note la présence de maitre Salifou Béavogui, avocat de la défense, prêt à en découdre avec le camp adverse, notamment le ministère public, représenté par monsieur Mamadou Dian Bora Diallo.

A suivre !

Avec Guineematin

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here