A LA UNEFait divers

Kankan (vidéo arrestation) : Nanfo et ses disciples ont passé leur première nuit en prison

Convoqué par la ligue islamique régionale de Kankan, le chroniqueur de l’écriture N’Ko Ismael Nanfo Diaby a passé la nuit dernière en prison après avoir tenu tête aux autorités religieuses et administratives pour avoir fait prier les gens en langue nationale. Cela fait suite à une rencontre organisée à la préfecture le Samedi 11 Juillet dernier sur convocation des autorités religieuses.

Selon nos informations, Nanfo Diaby avait fait des publications dans lesquelles il déclare être dans tous ses droits pour prier et faire prier les gens en langue nationale “Malinké”. Dans la salle des réunions de la préfecture sous l’égide du préfet Amara Lamine Soumah, Nanfo Diaby qui n’a pas parlé a réagi dérisoirement aux propos des autorités. C’est ainsi que le préfet l’a remis à la disposition du commissariat central de la police de Kankan en compagnie de plusieurs de ses amis.

Joint ce dimanche matin par notre rédaction dans la région, le préfet Amara Lamine Soumah insinue avoir déposé Nanfo Diaby auprès des autorités judiciaires : « Comme il (Nanfo) a dit qu’il ne parle pas et il se moque des gens, moi je l’ai remis à qui de droit pour trancher. Et puis, ceux qui disent que j’ai fui c’est faux. C’est fallacieux, je suis actuellement avec mon gouverneur et je suis serein dans cette affaire. La plainte a été déposée par les religieux et c’est pourquoi je l’ai mis à la disposition de la police puisqu’il a dit qu’il ne veut pas parler. » Dit-il à notre micro.

Depuis le mois de Mai 2019, le chroniqueur Ismael Nanfo Diaby continue à lancer des piques à ses coreligionnaires musulmans et se disait ne pas être inquiété. Ce dimanche 12 Juillet, ses disciples et collaborateurs projettent manifester pour sa libération qui, selon eux Nanfo est libre de pratiquer en sa façon étant dans un pays laïc.

À suivre…

Lamine Toutè Kaba

Correspondant kalenews dans la région 621730533

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page