Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Kankan : le gouverneur Sadou Keïta en larmes après avoir visité une école dans un piteux état

Le gouverneur de la région administrative de Kankan n’a pas pu retenir ses larmes après visité l’école primaire de Missiran, dans la commune urbaine de Kankan. Sadou Keïta s’est montré fortement ému par rapport à l’état de délabrement de cet établissement scolaire, promettant de se battre pour changer cette image alarmante, a constaté le reporter de Guineematin.com à Kankan.

Il y a une semaine, plusieurs médias dont Guineematin.com alertaient l’opinion publique sur l’état du délabrement de l’école primaire Missiran, un quartier de la commune urbaine de Kankan. Suite à cela, le gouverneur de la région administrative de Kankan, Sadou Keïta, a visité cet établissement scolaire hier, lundi 8 février 2021. Et, après son constat sur le terrain, l’autorité régionale et sa directrice de cabinet ont tous les deux versé les larmes, en raison du piteux état dans lequel se trouve cette école.

« Mes sentiments, c’est des sentiments très alarmants. Lorsque vous voyez des enfants de 6 à 7 ans assis sur des briques à la conquête de la culture, de l’instruction, c’est vraiment gênant. Donc, c’est avec les larmes aux yeux que je quitte ici. Mais, ce sont ces larmes qui fouetteront ma conscience de m’investir pour que bientôt et très bientôt, on ait une école qui réponde d’une infrastructure moderne. C’est utile que toutes les autorités s’impliquent pour que cette vielle école ne disparaisse pas. Il n’y a rien à arranger ici, tout est à refaire. La toiture n’est pas bonne, les murs ne sont pas bons. Ce n’est pas les réparations qui vont arranger cette école, mais une reprise entière », a dit Sadou Keïta.

Moussa Condé, directeur de l’école primaire de Missiran

Une visite et un discours qui rassurent les responsables de l’école primaire de Missiran. Moussa Condé, le directeur de l’établissement, se félicite de la mobilisation qui a commencé autour de cette école et fonde espoir que cela donner un bon résultat. « Vraiment, je n’ai rien à dire, parce que je suis content, très ravi du fait que la première autorité s’est présentée dans mon école pour toucher du doigt les réalités. Des personnes de bonnes volontés ont déjà envoyé deux chargements de sable et d’autres ont promis de nous apporter du ciment. Donc, les choses comment à bien évoluer », a-t-il dit.

Créée en 1960, l’école primaire Missiran était sur le point de disparaître à cause de son état de délabrement très avancé. Plusieurs enfants sont assis à même le sol pour suivre les cours.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.