Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Kankan : 3 militaires condamnés à perpétuité dans un dossier d’attaque à main armée

Le verdict est tombé dans l’affaire de l’assassinat du sergent chef Daniel Kö, tué lors de l’attaque d’une station d’essence au quartier Bordo, dans la ville de Kankan en février 2019. Les trois accusés dans ce dossier, tous des militaires, ont été reconnus coupables ce jeudi 26 décembre 2019. Pour la répression, ils ont été condamnés à la prison à perpétuité avec une période de sûreté de 30 ans, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Le tribunal miliaire en formation spéciale au tribunal de première instance de Kankan a eu la main lourde dans ce dossier. Les trois adjudants chefs Mamady Kéita, Ibrahima Kallé et Mamadou Malal Diallo, tous en service à la garnison du camp Soundjata Kéita de Kankan, étaient poursuivis pour association de malfaiteurs, assassinat et vol aggravé.

C’est dans une salle d’audience archicomble que la sentence est tombée comme un couperet. Le président du tribunal militaire, Fadjimba Condé, a énoncé le verdict devant un auditoire médusé. Les trois compagnons d’infortune ont été reconnus coupables et condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité, avec une période de sûreté de 30 ans.

Pendant les réquisitions, le procureur de la justice militaire, Colonel Dailamine Sow avait requis la perpétuité contre l’adjudant chef Mamady Keïta et l’acquittement des adjudants Ibrahima Kallé et Mamadou Malal Diallo.

Réagissant à cette décision du juge, le procureur a dit que ses réquisitions sont conformes au déroulement des débats. « Pour moi, Mamady Keïta n’a pas pu convaincre le ministère public de la participation d’Ibrahima Kallé et Mamadou Malal Diallo. Mais, on est dans une démocratie, ils ont déjà relevé appel. Le plus important, c’est que justice a été rendue et de manière contradictoire, conformément à la loi ».

Par contre, c’est la déception du côté de la défense. Selon maître Ibrahima Kalil Kanté, un des avocats des accusés, cette décision du tribunal mérite d’être attaquée en appel. « Je ne suis pas d’accord, la décision est très fausse. Aucune preuve ne m’a convaincu pour la participation d’Ibrahima Kallé et Mamadou Malal Diallo dans cette affaire. Donc, je fais appel pour que la seconde composition me prouve réellement ce qu’il faut. C’est le procureur qui poursuit, il a donné sa position. C’est le président qui juge, il a donné sa position. Donc c’est pourquoi, on dit qu’on va attaquer sa décision en appel ».

Une réaction qui tranche avec celle de la famille du militaire, mortellement poignardé en plein sommeil, le jour de l’attaque à main armée de la station d’essence de Bordo, le 25 février 2019. « C’est une satisfaction pour nous, parce que justice a été rendue. C’est ce que nous voulions. Les coupables ont été condamnés à la hauteur de leur forfaiture. C’est une joie immense pour la famille bien que nous ne pouvons plus gagner notre fils qu’on a perdu », a dit Antoine Béavogui, oncle du sergent chef Daniel Kö.

Source : Guineematin

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.