Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Kalémodou Yansané de l’ufdg déclare qu’à partir du ‘’6 janvier, le djihad va commencer en Guinée «

Samedi au siège de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), le député Kalémodou Yansané a exigé la satisfaction des quatre conditions posées par l’opposition plurielles avant d’aller aux élections législatives.

Sous le regard attentif du chef de file de l’opposition, le vice-président de l’UFDG, chargé des questions économiques, a appelé les militants et sympathisants à resserrer les rangs du parti pour accentuer la pression sur le pouvoir en place.

‘’Le président [Alpha Condé], lui-même, a dit qu’il s’apprêter à l’affrontement. Mais si c’est nécessaire, on veut nous sortir de la Guinée, on s’opposera énergiquement.  Notre seul objectif aujourd’hui, c’est de lutter pour ne pas que la Guinée sombre dans la dictature. La seule lutte que nous avons aujourd’hui, c’est cela’’, a laissé entendre l’homme qui aspirait à etre maire de la commune de Matoto.

Il poursuit en soulignant que ‘’le président Cellou Dalein Diallo est notre général. Nous, nous sommes ses lieutenants et vous, des soldats aguerris. Les seuls mots d’ordre aujourd’hui, c’est la lutte, la lutte et encore la lutte. Et s’il le faut, l’affrontement comme le président l’a dit’’.

Kalémodou Yansané annonce qu’à partir du ‘’6 janvier, le djihad va commencer’’, avant de rappeler que les conditions préalable à la participation de l’opposition plurielle aux élections législatives du 16 février prochain.

‘’Il n’y a que quatre petites conditions. La plus simple à réaliser, c’est d’installer les chefs de quartier comme la cour suprême l’a demandé. La deuxième petite condition, c’est de recenser les citoyens qui n’ont pas été recensés. Nous avons près d’un million de nos compatriotes au Sénégal, il y  a en Gambie, en Guinée Bissau, en Sierra Leone, au Libéria’’, a-t-il énuméré.

‘’La troisième condition, c’est le remplacement du président de la CENI. C’était un éminent avocat peut-être, mais à partir du moment où Me Salif Kébé a commencé à obéir aux ordres d’Alpha Condé, il n’est plus digne pour arbitrer de façon impartiale. Il faut donc le remplacer’’, a insisté le parlementaire.

‘’La quatrième condition qui est fondamentale, c’est le troisième mandat et la nouvelle constitution. Donc, s’ils règlent ses quatre conditions, demain matin, nous sommes prêts à déposer nos dossiers pour aller au vote. Si les conditions ne sont pas réglées, ils n’ont qu’à déposer 10 mille tonnes de papiers là-bas, nous ne reculerons pas. La direction du parti est derrière notre général et la lutte va continuer pour sauver notre pays’’, a réaffirmé l’honorable Yansané.

VisionGuinee.Info

 

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.