Tibou Kamara ministre de l’industrie et des PME
Tibou Kamara ministre de l’industrie et des PME

Les membres du gouvernement continuent de dresse le bilan de leurs départements respectifs avant d’annoncer les perspectives. C’est dans cette dynamique que le ministre d’Etat, ministre de l’Industrie et des PME, Tibou Kamara, était face aux journalistes ce lundi, 25 février 2019. On notait la présence des ministres Abdoulaye Yéro Baldé, Amara Somparé, Kiridi Bangoura, Rachid N’Diaye, Aboubacar Sylla, Albert Damantang Camara et Ismaël Dioubaté, rapporte Guineematin.com à travers un de ses reporters qui était sur place. Dans son exposé, le ministre d’Etat, Tibou Kamara, est revenu sur le processus d’industrialisation de la Guinée depuis la première République jusqu’à nos jours. Un processus qui, selon lui, a connu des hauts et des bas. Pour ce qui est de la première République, de 1958 à 1984, il a rappelé que cette époque était caractérisée par la main mise totale de l’Etat sur la quarantaine d’unités industrielles créées. « Cela a eu pour conséquences par exemple, la création de l’emploi pour les diplômés, la transformation des produits locaux ; mais aussi des faiblesses comme le système centré de gestion administrative et financière et surtout le manque de résultats », a dit le ministre.

Pour ce qui de la 2ème République (1984 à 2010), Tibou Kamara a mentionné le libéralisme économique avec le désengagement de l’Etat de tout ce qui est activité de production et de commercialisation. Et, les points faibles auront été surtout la cession des unités industrielles à des promoteurs en manque d’expérience ou la vente de certains actifs sans procéder à des études fiables. « Cela a conduit à la faillite des entreprises et au démantèlement de certaines autres. C’est un désastre».

Parlant de la troisième République, qui commence en 2011 avec l’arrivée au pouvoir du Président Alpha Condé, le ministre d’Etat s’est surtout exprimé en termes de chiffre. Selon lui, de 3 avant 2010, on est arrivé à 9 actuellement pour les industries métalliques. De 1 avant 2010, on est à 5 actuellement pour les industries de ciments. De 1 avant 2010 on est à 3 actuellement pour les minoteries. De 1 avant 2010, on est arrivé à 6 actuellement pour les industries plastiques. Pour ce qui est des savonneries, ont passé de 1 avant 2010, à 4 actuellement.

Selon Tibou Kamaran, les autres acquis des gouvernements Alpha Condé auront été la formation de 730 gestionnaires d’entreprises, de gestion financière et comptable…; la signature de contrats de sous-traitance avec certaines sociétés minières ; la création d’un répertoire de 1500 PME identifiées dans divers secteurs de l’économie ainsi que l’acquisition du complexe immobilier de Petit Simbaya, abritant la Direction nationale des PME, le Centre d’Appui aux PME (CAPME) et le projet de renforcement de la compétitivité des PME (PRECOP). « Ces multiples réalisations ont eu comme forces, entre-autres, l’amélioration du climat des affaires, la sécurisation juridique des zones industrielles, la mise en place de plusieurs politiques sectorielles, le renforcement de l’appui à l’investissement privé national et étranger, celui de la concurrence et des échanges commerciaux, la mise à disposition par l’agence d’assistance intégrée aux entreprises, sous forme de révolving de 11 milliards 211 millions de GNF à 560 micros entreprises pour une création de 2124 emplois, etc. »

S’exprimant sur les perspectives de son département, Tibou Kamara a annoncé la promotion du partenariat public-privé pour l’aménagement et l’exploitation des parcs industriels ainsi que le centre pilote de technologies industrielles ; l’opérationnalisation du fonds de développement industriel et des PME ainsi que l’Agence d’Aménagement des Zones industrielles ; l’équipement des laboratoires de l’Institut guinéen de normalisation et de métrologie ; la poursuite du processus de labellisation en indication géographique d’autres produits guinéens, etc.

Bref, le ministre s’est félicité de l’amélioration du climat des affaires sous le règne du Président Alpha Condé. « Aujourd’hui les investisseurs se bousculent à notre porte parce que les conditions de confiance, de sécurité ont été créées sous l’impulsion du Président de la République », a-t-il laissé entendre.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here