Immigration : La Tunisie refuse d’accueillir 40 migrants bloqués en mer depuis plusieurs jours

« Nous sommes bloqués en pleine mer au large de la Tunisie […] Nous sommes à bout de force ». La rédaction d’InfoMigrants a reçu mardi 17 juillet un appel à l’aide sur son compte Facebook. Le message vient d’un rescapé actuellement bloqué en mer, au large des côtes tunisiennes. Avec une quarantaine d’autres migrants, il n’est pas autorisé à débarquer sur la terre ferme. La Tunisie, l’Italie, et Malte refuseraient de les accueillir sur leur sol. Le Forum tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux (FTDES), une association tunisienne qui vient notamment en aide aux migrants, a confirmé ces informations. « La Tunisie refuse d’accueillir ces migrants bloqués en mer car elle ne veut pas à terme devenir un ‘port sûr’ de référence pour les États européens », a déclaré un de ses membres. Depuis la fermeture des ports italiens et maltais aux navires humanitaires, les autres pays autour de la mer Méditerranée (France, Tunisie, Maroc…) craignent de devenir une zone de débarquement et de faire face à un afflux massif de migrants.

Une société gazière au secours de migrants

Retour sur les événements. La semaine dernière, une embarcation de 40 migrants originaires d’Égypte, du Mali, du Nigeria, du Bangladesh, part de Libye pour tenter d’atteindre l’Europe. Après cinq jours en mer « sans manger ni boire », les migrants qui dérivent avec leur moteur en panne, s’approchent d’une énorme plateforme gazière au large des côtes tunisiennes. Les salariés de la société tunisienne Miskar – qui gère la plateforme – repèrent l’embarcation. Un des navires ravitailleurs de la société, le « Sarost 5 », lui vient en aide. C’est là que les choses se compliquent. L’équipage du « Sarost 5 » – qui n’est donc pas un bateau humanitaire – contacte alors les autorités tunisiennes pour demander de l’aide. Alors qu’elle avait dans un premier temps accepté leur arrivée au port de Sfax, la Tunisie change d’avis et refuse d’ouvrir ses ports aux migrants, précise le FTDES. Le « Sarost 5 » contacte alors Malte et l’Italie qui eux aussi refusent catégoriquement.

Sans solutions, le bateau de l’entreprise Miskar décide de se rendre – sans autorisation des autorités – au port de Zarzis (au sud du pays). « Nous sommes arrivés dans la nuit de dimanche 15 à lundi 16 juillet à 2 heures du matin », raconte Karim*, un membre de l’équipage contacté par InfoMigrants. Mais Tunis refuse à nouveau de laisser le bateau accoster. Refoulé, le « Sarost 5 » est obligé d’amarrer en pleine mer, à quelques milles nautiques de là.

Une femme enceinte à bord

Depuis le sauvetage, les membres de l’équipage, sans aide extérieure, doivent partager leurs repas avec les migrants à bord. « Nous avons avec nous un blessé et une femme enceinte de six mois […] Tant qu’une solution ne sera pas trouvée, nous sommes condamnés à rester en mer avec eux », ajoute Karim. Selon le FTDES, des vivres auraient dû arriver mais le « Sarost 5 » n’a – pour l’heure – rien reçu. Des médecins auraient été missionnés pour ausculter les rescapés, mais aucune visite n’a eu lieu. « Nos rations alimentaires seront bientôt épuisées », conclut Karim. « Il ne nous reste que deux journées de nourriture et 30 packs de 6 bouteilles d’eau ».

Avec infomigrants.net

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here