Site d'information Général sur la Guinée et le Monde

Hausse frais d’inscription et réinscription : sit-in dans plusieurs universités du pays, ce jeudi

Après avoir dénoncé la hausse des frais d’inscription et de réinscription par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique à 250 000 FG pour l’inscription et 200 000 FG pour la réinscription, le collectif des étudiants pour la réduction des frais d’inscription et de réinscription (CERFIR) a décidé de tenir un sit-in dans toutes les universités et instituts publics du pays ce jeudi, 17 décembre.

Joint au téléphone, Saidou Camara étudiant en administration des affaires à l’université général Lansana Conté de Sonfonia et coordinateur dudit collectif explique : « ce jeudi, l’ensemble des étudiants pauvres de Guinée, incapables de payer les frais d’inscription et de réinscription, ont jugé nécessaire de faire un sit-in dans toutes les universités et tous les instituts publics de Guinée. Nous pensons que si on fait ce sit-in, l’Etat guinéen ou le Ministère de l’enseignement supérieur aura pitié de nous et baissera les frais d’inscription et de réinscription. »

Poursuivant, il indique que quasi-totalité des universités publiques de la capitale et de l’intérieur du pays sont déjà prêtes pour ce sit-in. Seules les universités Gamal Abdel Nasser de Conakry et Nzérékoré qui sont lentement pressées, puisque ces dernières auraient été victimes d’intimidations de la part des responsables.

« Nous nous sommes préparés pour que tous les universités et instituts soient prêts pour ce sit-in national, mais nous avons fait l’objet d’intimidations des responsables de certaines universités qui empêchent leurs étudiants à faire ce sit-in, mais je pense que la majorité des universités sont prêtes, seulement l’UGANC et l’université de Nzérékoré qui sont un fébriles vis-à-vis du respect du mot d’ordre de manifestation. Nous n’allons pas nous décourager car c’est un combat noble, c’est un combat digne d’un citoyen qui est pauvre de demander à son Etat de faire un rabais pour la garantie de sa formation intellectuelle », a-t-il martelé.

Pour s’assurer du respect du mot d’ordre de manifestation qui se fera de façon pacifique, Saidou Camara de confier : «  L’appel que je lance à l’endroit de tous les étudiants est important et sincère, je leur demande de répondre à l’appel de leur confrère qui est dans la même situation délicate qu’eux, celui de respecter le mot d’ordre sans violence, aucune provocation verbale, aucune incitation à la violence, juste montrer les pancartes, les banderoles et les flyers pour que l’Etat à travers le ministère de l’enseignement supérieur entende ce que nous sommes en train de vivre ».

Mediaguinee

par Taboola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.