Comme l’annonçait notre dépêche, après des échanges fructueux entre les membres du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée et l’USTG ce vendredi 28 décembre au siège de la structure mère des travailleurs sur le délai requis d’une sortie de crise qui affecte le système éducatif guinéen, une déclaration est enfin tombée.

Le secrétaire général de l’USTG sollicite tout d’abord le dialogue « appréciant les conséquences du gel de salaire en violation des lois de la république et les perspectives de radiation des professeurs qualifiés, compétents pour assurer la formation de nos enfants, l’avenir de notre Pays, nous disons ici à la face du monde et prenant en compte l’appel que nous avons lancé aux institutions nationales et internationales, à la population Guinéenne, aux responsables à tous les niveaux de faire en sorte que nous soyons autour de la table qui par voie de dialogue solutionner la crise dans le système éducatif » lance monsieur Abdoulaye Sow secrétaire général de l’USTG.

Poursuivant, monsieur Sow annonce qu’un délai requis a été fixé pour réagir fortement à toutes violations de loi « nous avons fixé un délai pour réagir fortement, mais ce délai peut être raccourci, dès l’instant que des actes contraire à nos lois, des actes de radiation seront posés tout le mouvement syndicale ou toutes les fédérations composantes de l’USTG seront debout pour dire non à ces actes, ça peut être dans 24h, dans 48h comme dans 72h » Martel-t-il.

Enfin, le secrétaire générale de l’USTG a tenu à rappeler qu’à cette période de crise des enseignants sont morts, certains ont perdu leurs femmes et d’autres ont été délogés par faute de moyen.

Libreopinionguinee avec kalenews

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here