Guinée : un marchand de pièces détachées jugé pour 67 millions après un voyage avorté pour la France

Le marchand de pièces détachées, Yousouf Diawara, poursuivi pour escroquerie et complicité portant sur un montant de 67 millions de francs guinéens au préjudice de Kadiatou Sylla, a comparu ce jeudi 11 avril 2019, au tribunal correctionnel de Mafanco. Après plusieurs audiences consacrées aux débats, on en était aux réquisitions et plaidoiries ce jeudi. Le procureur a requis la relaxe du prévenu, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters. Madame Kadiatou Sylla, qui voulait envoyer ses deux enfants en Europe, aurait déboursé la somme de 67 millions de francs guinéens pour y arriver. Malheureusement, le rêve ne s’est jamais réalisé. C’est ainsi qu’elle a saisi la justice pour récupérer son argent. Après les débats, le procès a connu son dernier virage à Mafanco avec les plaidoiries et réquisitions.

Prenant la parole en premier, l’avocat de la partie civile, maître Maurice Saa Kamano, a mis l’occasion à profit pour rappeler les faits. « Dans cette affaire, il s’agit d’un réseau formé de trois personnes. Ce réseau est constitué de deux personnes qui portent le même nom, Youssouf Diawara, dont un réside en Guinée et l’autre en Cote d’Ivoire ; et d’une dame qui est aussi en Cote d’Ivoire. Yousouf Diawara, qui est en Guinée, est un locataire de la plaignante, madame Kadiatou Sylla, depuis plus de 10 ans. Un jour, Youssouf Diawara est venu convaincre dame Kadiatou Sylla de chercher à envoyer son enfant en Europe. Il lui a dit qu’il a un frère en Côte d’Ivoire, qui est son homonyme, ayant la capacité d’envoyer les gens en Europe. Ainsi, dame Kadiatou Sylla a revendu sa parcelle dont elle avait bénéficié de la succession de sa famille. Elle a proposé d’envoyer Moussa Bangoura et Kadiatou Soumah. Ils ont conclu que ces jeunes doivent quitter la Guinée pour aller en France et après, en Allemagne. Ils ont arrêté ce projet à un montant de 67 millions de francs guinéens. Dame Kadiatou Sylla a versé ce montant dans les mains de Yousouf Diawara qui est en Guinée. Ils ont conclu que 7 000 euros seront également versés, une fois que les jeunes seront en Allemagne », a expliqué l’avocat de la partie civile. Poursuivant son intervention, maître Maurice Saa Kamano a laissé entendre que Youssouf Diawara n’a pas respecté l’engagement qu’il a conclu avec la dame. «Youssouf Diawara est venu dire que ce ne sont pas les deux (Moussa Bangoura et Kadiatou Soumah) qui vont voyager ensemble. Ils vont désormais voyager séparément en passant par la Cote d’Ivoire. C’est ainsi qu’il a pris le jeune Moussa Bangoura pour l’envoyer en Cote d’Ivoire où il est resté une année auprès d’une femme qui est dans le réseau. Il s’est présenté devant l’Ambassade de la France en Cote d’Ivoire où il a été refoulé. Ils l’ont envoyé au Mali puis au Burkina Fasso, soi-disant qu’ils sont en train de chercher les documents pour son voyage. Finalement, après avoir été exposé à toutes sortes de peines, le jeune est revenu en Guinée. Et, dame Kadiatou Sylla est allée chez Diawara pour réclamer ses 67 millions de FG. Diawara a donné un délai pour payer ce montant. Le délai arrive, il refuse de payer et la dame a finalement porté plainte contre lui » a-t-il détaillé. Dans ses plaidoiries, l’avocat a laissé entendre que les deux Diawara sont des coauteurs qui ont exposé ce jeune à tous les dangers. Maitre Maurice Saa Kamano va solliciter le remboursement de la somme principale et le payement des préjudices subis. « Ils ne l’ont pas fait voyager. Ma cliente a dépensé de l’argent pour rien. C’est pourquoi, nous la partie civile, nous sollicitons d’être remboursés en principale, 67 millions de francs guinéens ; 10 millions au titre de dommages et intérêts, et 50 millions de francs guinéens pour tous préjudices confondus. Ensuite, nous sollicitions de décerner un mandat d’arrêt contre Yousouf Diawara qui est en fuite », a sollicité le conseil de la partie civile. Contrairement à la partie civile, l’empereur des poursuites va demander au tribunal de relaxer Yousouf Diawara pour délit non constitué à son égard. Selon le procureur, André Komanan Condé, « le prévenu est poursuivi pour des faits d’escroquerie et de complicité. Mais, il n’a été qu’un simple témoin dans cette affaire. Aux yeux du Ministère Public, il n’y a ni usage de faux, ni fausse qualité, encore moins emploi d’une manœuvre frauduleuse. Donc, je vous demande de le déclarer non coupable des faits à lui reprochés », a requis le procureur. S’engouffrant dans cette brèche ouverte par le Procureur, l’avocat de la défense, maitre Moussa 2 Keïta, va demander au tribunal de renvoyer son client des fins de la poursuite. « Lorsque dame Kadiatou Sylla est venue voir Yousouf Diawara, marchand de pièces détachées à Conakry, à l’effet de l’aider à envoyer ses enfants en Europe, mon client lui a dit qu’il ne connait rien pour les affaires de voyage. C’est à l’insu de mon client qui est devant vous, que dame Kadiatou Sylla a remis la somme de 67 millions de francs guinéens à Yousouf Diawara, qui est en fuite. C’est après avoir ficelé tout le contrat que chacun a appelé sa connaissance pour faire le témoignage. C’est ainsi que Yousouf Diawara, en fuite, a envoyé mon client, Yousouf Diawara qui est devant vous, pour témoigner. Dame Kadiatou Sylla a envoyé Aboubacar Soumah pour attester son témoignage. Donc, mon client n’est qu’un simple témoin dans cette procédure, au même titre qu’Aboubacar Soumah. Et, on ne peut pas emprisonner un témoin. C’est pourquoi, je vous demande de le relaxer purement et simplement pour délit non constitué », a plaidé l’avocat de la défense. Finalement, le dossier a été mis en délibéré pour décision être rendue le 25 avril 2019. A rappeler que le prévenu, Youssouf Diawara, est détenu à la maison centrale de Conakry depuis le 13 décembre 2018, il y a 4 mois de cela.

Libreopinionguinee avec guineematin

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here