Guinée : l’opposition reporte sa marche du jeudi et dénonce les faux accords. « Il y a eu beaucoup de meurtres, il n’a jamais voulu qu’une enquête soit menée malgré tous les engagements qu’il a pris lors des accords de 2013, 2014, 2015 et 2016, ces engagements n’ont jamais eu de suite »

REUNION  DE L’OPPOSITION RÉPUBLICAINE DU MERCREDI 17 OCTOBRE 2018. Voici le compte rendu. L’opposition s’est réunie ce mercredi 17 octobre 2018 au QG de l’UFDG. Trois points étaient inscrits à l’ordre du jour, le bilan des journées villes mortes, la marche pacifique projetée par l’opposition républicaine et l’analyse du développement de la mise en place des exécutifs communaux. Pour ce qui concerne la journée ville morte, le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, s’est félicité de la réussite des journées villes mortes du lundi et mardi, « l’opposition républicaine se réjouit du succès de la ville morte aussi bien le Lundi que le mardi, nous avons constaté que les activités ont fortement baissées, il y avait très peu de circulation, la quasi totalité des magasins étaient fermés ». Il a également déploré la mort du jeune Ibrahima Baldé, lâchement assassiné le mardi par le Bac 4 selon plusieurs témoins. Il a déploré le manque de volonté du régime à rendre justice pour les nombreux cas d’assassinats, « il y a eu beaucoup de meurtres, il n’a jamais voulu qu’une enquête soit menée malgré tous les engagements qu’il a pris lors des accords de 2013, 2014, 2015 et 2016, ces engagements n’ont jamais eu de suite ». L’opposition organisera une marche funèbre le vendredi pour cette autre victime de la barbarie de nos forces de sécurité, « l’opposition a décidé d’organiser une marche funèbre pour enterrer cette 96 ème victime de la répression des manifestations, je rappelle que la 95 ème victime est celui qui avait été tué lors des manifestations de Mandiana alors que les citoyens de cette localité manifestaient contre les promesses non tenues du Professeur Alpha Condé ». En ce qui concerne la marche, celle-ci est rejetée au mardi, le porte parole du jour a mentionné les raisons en ces termes, « en raison de cet événement malheureux (meurtre d’Ibrahima Balde) et la marche funèbre que compte organiser l’opposition républicaine, la marche est rejetée au Mardi 23 octobre 2018 sur le même trajet (Tannerie, Kénien, Belle-Vue et stade du 38 septembre), nous profitons de l’occasion pour appeler tous les hommes et femmes attachés à la démocratie, à la paix et à la justice de se mobiliser pour prendre part à cette marche pacifique ». Pour le cas de la mise en place des exécutifs communaux, le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, a dénoncé un processus chaotique basé sur la corruption et l’intimidation. Le président de l’UFDG a levé le voile sur les méthodes du régime qui consiste à s’assurer que le quorum lui assurant la victoire est atteint avant de procéder à l’installation de l’exécutif, « nous avions demandé au MATD de fournir un programme détaillé de l’installation, il refuse systématiquement parce qu’ils ont un agenda, ils n’installent que lorsqu’ils ont la certitude qu’ils peuvent avoir  la commune, lorsqu’ils n’ont pas suffisamment d’élus pour cela, c’est la corruption à grande échelle ». Le président de l’UFDG révèle que de grosses sommes ont été utilisées pour corrompre les élus et ce, en fonction de leur importance, des élus de certaines communes rurales auraient reçu 10 millions tandis qu’on évoque 100 millions pour des élus de certaines communes urbaines, aussi ils ont été obligés de jurer sur le saint coran pour dire qu’ils ne trahiraient pas le RPG. Le président Cellou Dalein Diallo, condamne une méthode antidémocratique qui viole les dispositions du code des collectivités et du code électoral, il promet que l’opposition continuera son combat contre ces violations qui mettent en péril la démocratie de notre pays. Il est également revenu sur la violation de l’accord politique du 08 août dans lequel l’opposition et la mouvance avaient chacun fait des concessions. Il a également relaté la genèse des faits qui avaient conduit à l’obtention de cet accord qui est aujourd’hui foulé aux pieds par le régime Condé. Il a par la même occasion condamné les violences dont ont été victimes les responsables du BL à Guéasso, il condamne tout aussi les vandalismes de la maison de la tante de Fodé Oussou et de sa propre belle mère à Kindia.

Il conclut en disant que c’est en ce sens que l’opposition républicaine continue à protester contre ces violences et contre la violation des dispositions du code des collectivités et du code électoral.

Maka N’denda

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here