Guinée : L’homme qui a battu à sang sa fille adoptive est condamné par un tribunal de Conakry

Deux ans de prison ferme prononcé par le juge du tribunal de Mafanco, c’est le sort du tuteur d’Odette Kamano qui a été battue à sang et ligotée par ce dernier. Tout a commencé le lundi passé à 09heuredu matin, quand la mère adoptive d’Odette Kamano, une jeune fille âgée d’une dizaine d’année élève en 10ème année, lui a vu parler avec un jeune garçon à Ratoma dispensaire. 

« C’était un lundi matin vers 09heure, ma mère m’a vu arrêter avec un jeune garçon, on parlait, quand elle est sortie, elle m’a appelé, m’a demandé j’étais avec qui et je lui ai pas répondu, c’est ainsi elle m’a attrapé pour la maison puis elle m’a frappé. Une voisine est venue me retirer dans ses bras, cette dame a demandé ce que j’avais fait ? Au moment qu’elle expliquait à la femme, le jeune avec qui j’étais arrêtée est venu et il a dit, comme tu as frappé la fille à cause de moi, je ne vais plus la quitter. C’est ainsi l’affaire est allée jusqu’au commissariat, là-bas aussi le jeune n’a pas hésité de répéter les mêmes mots. Ma mère lui a giflé et les policiers ont intervenu » narre-t-elle. 

Fâchée de cette déclaration du jeune qui est un affront pour elle, la mère adoptive de la victime a aussitôt interpelé son mari, qui de son côté a frappé puis ligoté la fille « En route pour la maison,ma mère a appelé mon père pour lui dire qu’à cause de moi les jeunes ont commencé à l’insulter. A son retour, le matin il m’a demandé de faire mes bagages pour aller me déposer à Sonfonia, je faisais mes bagages il m’a appelé au salon, il a dit aux enfants de sortir, c’est ainsi il a fermé la porte et m’a demandé d’enlever ma chemise et a attaché mes mains pour me frapper» précise-t-elle.  

Alerté par les voisins, le club des jeunes filles de Guinée saisi le tribunal de Mafanco et le jugement a eu lieu vendredi dernier « on a essayé de faire de notre mieux, pour que vraiment justice soit faite, le procureur a été saisi, son tuteur est actuellement en prison. Le jugement a été fait, le juge s’est prononcé en disant c’est deux ans de prison, mais la décision finale n’a pas été prise parce qu’il faut connaitre le consentement de la victime » indiqueHadja Idrissa Bah présidente du club. 

Le club des jeunes filles par la voix de saprésidente, invite les jeunes filles au respect de leur devoir, pour donner plus de crédibilité dans leur combat 

Avec kalenews

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here